C’est la Journée internationale de la santé bucco-dentaire : cela prête à sourire ? Détrompez-vous, c’est une journée de sensibilisation utile à tout un chacun. En effet, les soins dentaires sont parmi les moins bien remboursés par l’assurance obligatoire.

Selon une enquête de Médecins du Monde avec Signal, 20% des Belges indiquent ne pas pouvoir se permettre une visite chez le dentiste, ou difficilement. Cela signifie que pas moins d’un Belge sur cinq se voit contraint de devoir reporter sa visite chez le dentiste pour des raison financières. -Parmi les familles vivant dans la pauvreté, ce chiffre passe même à 1 sur 3. Et parmi les personnes sans-papiers, 90% (!) s’abstiennent de toute forme de soins dentaires ou autres soins médicaux.

Il faut dire qu’en Belgique, le placement d’un implant ou d’une couronne coûte en moyenne entre 1 000 et 2 500 euros selon le type de soins. Et le remboursement de l’assurance obligatoire est quasi inexistant…

Partenamut, l’assurance complémentaire estime que 33.69 % des prestations dentaires seulement sont préventives. Or, la visite annuelle chez le dentiste ne doit pas être oubliée, elle est en plus gratuite pour les moins de 18 ans chez les dentistes conventionnés. Pour les autres, il est intéressant de souligner que les frais liés à la procrastination d’une visite annuelle chez son dentiste se font souvent sentir non seulement au niveau du nombre d’interventions buccales par la suite, mais aussi au niveau du portefeuille puisque les rendez-vous manqués engendrent des remboursements moins élevés.

En effet, si les consultations sont bien réalisées chaque année, au final, on est davantage indemnisé lors d’interventions, parfois imprévues.

Les assurances bucco-dentaires sont encore rarement considérées, ainsi Dentalia Plus de Partenamut rassemble 300 000 affiliés à Bruxelles et en Wallonie, “soit un peu moins d’un tiers de l’ensemble”, se désole Alex Parisel, Directeur Général de Partenamut.