La série d’exercices proposés en 3 minutes chrono maximum, relève de ce que les psys appellent le “yoga psychologique”. Efficaces sur l’instant, on peut les répéter au fil des jours pour qu’ils deviennent auto­matiques, à chaque fois qu’on veut refroidir son cerveau en surchauffe.

1. Se concentrer sur ses cinq sens

 Lors d’un petit répit autour d’un café ou d’un thé, concentrez-vous au moins sur deux de vos cinq sens. Humez son odeur, fermez les yeux, et laissez-vous pénétrer par elle. Puis touchez la tasse, ressentez sa chaleur, la sensation qu’elle dégage dans vos doigts, vos mains, puis dans tout le corps, ainsi que le poids du récipient et sa texture. Vous pouvez ajouter le sens de la vue : fixez la couleur du liquide, ses nuances, l’écume blanche, puis le goût… Et enfin, l’ouïe, le son de la cuillère qui tourne.

2. Observer ses “bavardages intérieurs” 

“J’aurais pu… dû…” Il s’agit de laisser défiler ces pensées, sans y prêter attention, comme si c’était des bavardages de passants. Restez concentré sur les faits qui vous turlupinent et les effets qu’ils ont sur vous : agréable ou désa-gréable ; confortable ou incon­fortable… Stoppez toute analyse en préférant le “comment” au “pourquoi”.

3. Laisser sa plume courir

 L’écriture automatique permet de nettoyer tout ce qui encombre le cerveau. Bien installé dans un fauteuil, exprimez-vous. Inutile de vous focaliser sur les mots, ou l’orthographe, ni sur un sens général qui devrait se dégager. L’expression sera libre dans une sorte de bulle de détente qui calme le mental. Le tout sera peut-être débridé, mais il doit le rester. Vous pouvez aussi dessiner ce qui vous préoccupe afin de mettre cette agitation à distance.

4. Chanter l’anxiété

 Optez pour un air guilleret, tel Y a d’la joie, de Charles Trenet, ou Happy, de Pharrell Williams. Inventez-le si vous avez l’âme musicienne. “Encore Pierre qui est venu m’embêter cet après-midi… iii et je l’ai remis à sa place, aaace… il risque de revenir, nirnir…”. Laissez-vous envahir par des émotions fortes, positives, émanant des notes fredonnées. Vous pourrez alors poser votre sac d’ennuis, et passer à autre chose.

5. Répéter des mots agréables

Facile et ludique : “fraise, citron, cerise”… “fraise, fraise, fraise…”, “citron, citron, citron…” Ces mots goûteux, bariolés, chasseront les mots noirs, stopperont le flux mental de la rumination. Au bout d’une série de 3 ou 4 répétitions, ils vous feront rire.

6. “Plonger” en petite apnée.

 Inspirez (1 min), effectuez une courte rétention d’oxygène, de quelques secondes, avant de souffler (1 min) délicatement comme sur les ailes d’une coccinelle posée sur la cime de votre index. Cette respiration consciente libère et apaise l’esprit.

7. Effectuer un balayage EMDR naturel

. Un peu technique, cette méthode consiste à bouger les yeux de droite à gauche et de gauche à droite en vue de surmonter ses traumatismes, mais aussi à un moindre degré, son anxiété ou sa négativité. Le mouvement oculaire permet de relier les deux hémisphères du cerveau et désamorce les charges émotionnelles.

8. S’évader par l’esprit

Par la pensée, ouvrez un album photo imaginaire, dans lequel vous allez coller des clichés réjouissants ou enchanteurs, inventés par votre cerveau : paysage, repas entre amis… À l’aide d’un appareil photo tout aussi imaginaire, faites un zoom sur un souvenir passé, sur l’instant présent le plus joli, ou sur un événement futur emballant : maison d’enfance, sourire d’un ami… Vos pensées vagabonderont dans le plaisir.

9. Alléger son ressentiment

 “Ce n’est pas grave !”, “Je m’en fous”, “Zut à mon chef, mon frère, ma mère…” L’idée est de dédramatiser la situation. Pour y parvenir, concentrez-vous sur une seule action, ou une seule personne vraiment importante, qui vous a pourri votre journée. Ensuite, exprimez une seule phrase-choc que vous projetterez à voix haute devant vous. Vous en serez allégé.

10. Danser

. Danser libère les énergies, relâche les tensions musculaires, dénoue le corps. Bougez tranquillement, à votre rythme, sur une musique entraînante (zumba ou autre), tout en prenant conscience de vos épaules, de vos bras, de vos hanches, de vos jambes et vos pieds qui sont en mouvement. Vous serez pleinement ici et maintenant, en toute décontraction.