Les masques faciaux devraient être obligatoires pour les adultes dans tous les espaces publics et fermés, tels que les magasins, selon Peter Piot. 

Le microbiologiste belge et directeur de la London School of Hygiene and Tropical Medicine a expliqué ne pas comprendre pourquoi le gouvernement anglais a seulement rendu le masque obligatoire dans les transports en commun. " Je ne comprends pas pourquoi ce n'est pas une politique officielle d'avoir des masques obligatoires non seulement dans les transports publics mais quand vous allez dans des lieux publics, des lieux et des magasins fermés", a-t-il confié à The Guardian. Pour étayer ses propos, le médecin a comparé la Grande-Bretagne avec le Japon, pays où la population porte systématiquement un masque, même en cas de rhume depuis l'épidémie de grippe espagnole en 1918, afin de protéger les autres. De fait, la propagation du coronavirus est bien plus limitée au Japon que dans la plupart des pays européens. Des propos avec lesquels Emmanuel André semble être d'accord puisqu'il a relayé ces derniers sur son compte Twitter.

Mais en Grande-Bretagne, comme dans d'autres pays, les politiciens et les membres de la communauté scientifique étaient opposés sur la question. "Je peux imaginer les débats. La Grande-Bretagne est une nation de gens qui veulent des preuves absolues, et les preuves pour les masques sont plus écologiques, comme on dit. Il existe très peu d'essais contrôlés randomisés. Mais même s'ils ne sont pas efficaces à 100%, si tout le monde en porte un, nous savons dans d'autres pays que cela fonctionne", a expliqué Peter Piot. Il a ainsi mentionné le cas des Etats-Unis, qui selon lui sont "une expérience naturelle". En effet, le port du masque était obligatoire dans certains Etats et pas dans d'autres, permettant ainsi d'observer que la propagation du virus était moindre dans le premier cas. "Mais cela semble être devenu un problème politique là-bas.Quelqu'un qui porte un masque est un démocrate ou un républicain qui ne soutient pas Trump", a-t-il déclaré.

"Le début d'une épidémie pluriannuelle"

Peter Piot a d'ailleurs affirmé qu'il portait un masque partout où il se rendait pour rappeler aux gens que nous sommes toujours en pleine épidémie. Il a ajouté qu'il était également nécessaire de faire le point sur le nombre d'infections et de décès actuellement afin de tirer des leçons pour l'avenir. "Nous devons réaliser que nous sommes au début de ce qui pourrait être un type d'épidémie pluriannuelle (...) Cela pourrait être un modèle pendant de nombreuses années, même lorsque nous aurons un vaccin", a-t-il conclu.