Le soleil peut causer le cancer de la peau pendant toute l’année. Les dermatologues lancent une campagne de sensibilisation.

Quand les beaux jours reviennent, on est vite tenté de pointer le nez pour profiter des doux rayons du soleil. Et en avril, peu mettent une protection solaire avant d’aller au parc ou en terrasse. C’est une erreur.

Un Belge sur deux ne se protège qu’en période de vacances, quand il va à la plage. Mais le cancer de la peau, lui, s’attrape en toute saison, en cas d’exposition trop intense au soleil. Seuls 6 % des Belges y pensent.

Le docteur Maselis, dermatologue, insiste : "L’enquête a démontré que le comportement de protection des individus face au soleil est directement lié à la période de vacances. Nous souhaitons donc insister sur le fait que le soleil ne brille pas uniquement à la plage et qu’il est nécessaire de se protéger en toute situation. Même par temps froid, le rayonnement UV peut endommager votre peau. Si tout le monde se protégeait comme à la plage, il y aurait beaucoup moins de cas de cancers de la peau chaque année."

Au total, rien que cette année, 22.000 nouveaux cas de cancer de la peau vont être dépistés en Belgique, dont 3.000 mélanomes, la forme la plus dangereuse de ces cancers. 300 personnes en mourront.

Au total, 22.000 personnes décéderont d’un cancer de la peau en Europe, sur les 3,5 millions de cas dépistés sur le Vieux Continent.

Il faut savoir que le cancer de la peau est le cancer le plus souvent diagnostiqué en Europe. La peau produit à elle seule autant de cancers que tous les autres organes. La protection et le dépistage précoces sont les deux moyens de lutte les plus efficaces.

Pour sa campagne annuelle, Euromelanoma, un réseau de dermatologues présent dans 33 pays, vise les personnes passant beaucoup de temps à l’extérieur, que ce soit lié à leur fonction, ou pas. Dans le cadre de cette campagne, Euromelanoma propose des dépistages de la peau gratuits par des dermatologues volontaires durant la semaine du dépistage du 23 au 27 mai 2016. "Si on diagnostique tôt, les cancers de la peau, on peut les soigner relativement bien. Plus tard, les chances diminuent et la maladie peut vite évoluer."

Il ne faut cependant pas vivre terré et se cacher absolument du soleil. Pour une bonne production de vitamine D, il faut exposer en moyenne 5 % de la surface de son corps pendant 20 à 30 minutes tous les jours. Et à l’inverse, ne pas se surexposer pendant l’été.


6 conseils pour se protéger des UV

L’indice UV est calculé sur une échelle de 1 à 12. Les ultraviolets sont considérés comme dangereux pour une trop grande exposition dès le troisième échelon. C’est-à-dire à peu près toute la journée en été.

Voici quelques conseils pour protéger la peau des agressions des rayons UV, causes des cancers de la peau.

1. Rester un maximum à l’ombre. Évitez de faire la crêpe sur la plage pendant tout l’été. Cette stratégie pour avoir un teint halé peut se révéler particulièrement dangereuse tant l’indice UV peut être élevé à cette période.

2. Les vêtements sont un bon rempart contre les agressions des UV. Privilégiez les vêtements plus denses qui filtreront mieux les rayons. Sachez en outre qu’un T-shirt noir vous protégera mieux qu’un T-shirt clair. Autre détail, une vieille chemisette sera également plus efficace qu’une neuve, les fibres seront plus détendues et laisseront moins d’espace pour que les rayons UV vous atteignent. Dernière chose importante, sachez qu’un T-shirt mouillé va beaucoup moins bien retenir les rayons qu’un T-shirt sec. Prévoyez donc un autre quand vous faites du sport au soleil.

3. Portez un chapeau. Privilégiez les bords les plus large possibles et évitez les casquettes qui ne protègent que partiellement votre visage.

4. Mettez de bonnes lunettes de soleil. Investissez dans de bonnes lunettes plutôt que dans des bouts de plastique fumé.

5. Fuyez les bancs solaires. Il est totalement erroné de croire qu’il faut préparer sa peau en faisant des bains d’UV. Au contraire, vous entamez votre capital soleil. Les dermatologues européens militent même pour l’interdiction du banc solaire, sauf dans un but curatif.

6. Enduisez-vous de crème solaire de qualité. Il en existe suffisamment de sortes pour que vous puissiez y trouver votre bonheur.


"On croit que ça n’arrive qu’aux autres"

Il y a un an précisément, lors d’une visite chez la dermatologue, Nathalie M. a eu l’horrible surprise d’apprendre que sur sa peau se trouvait un mélanome. "Ça a été un coup de massue. On pense que ça n’arrive qu’aux autres. Le docteur a profité d’un rendez-vous pour m’examiner et elle a découvert un point un peu suspect. Elle a demandé des analyses. J’étais loin de me douter que deux semaines après, en venant chercher les résultats, on me parlerait de cancer", se souvient la dame d’une cinquantaine d’années.

Pourtant, Nathalie n’est pas du genre à prendre des risques. Elle ne reste pas des heures au soleil pour bronzer. Elle ne va pas au banc solaire. "C’est vrai, quand j’étais jeune, je jouais souvent dehors en été, comme tous les enfants. J’allais chez les scouts. En grandissant, j’ai travaillé en Afrique puis en Suisse, mais il y avait toujours un petit vent. On ne sentait pas le soleil."

Un deuxième grain est détecté sur sa peau quelques semaines plus tard lors d’une visite à l’Institut Bordet (Centre hospitalier spécialisé en oncologie). Négatif, cette fois-ci. Mais la dame avoue avoir eu peur des résultats. Il faut dire que Nathalie est un terrain favorable. Elle a la peau claire. "Mes deux filles sont rousses, donc esensibles au soleil. Je le suis aussi. Sans abuser, j’ai pourtant été souvent au soleil. Le médecin m’a dit que j’avais déjà utilisé la moitié de mon capital soleil."