Cette nouvelle avancée technologique pour la médecine permettra à l'avenir une amélioration considérable des traitements de certains cas.

Han Han, une jeune Chinoise de 3 ans atteinte d'hydrocéphalie, a été opérée avec succès à Hunan, en Chine.

Elle possédait un crâne quatre fois plus gros que la moyenne, dû à l'accumulation de liquide céphalo-rachidien provoqué par une anomalie neurologique. Ce liquide remplissait approximativement 80% de sa tête. A terme, elle aurait pu devenir aveugle et voir son pronostic vital engagé.

Heureusement, elle a pu bénéficier de l'implant d'un crâne en titane entièrement conçu à l'aide d'une imprimante 3D. Habituellement, les chirurgiens créent un nouveau chemin à l'intérieur du crâne afin de permettre l'évacuation du liquide céphalo-rachidien. Cependant, la boîte crânienne d'une petite fille étant particulièrement fragile, ils ont opté pour l'implant en titane. L'opération, qui a duré 17 heures, s'est déroulée sans encombres. La petite fille ne devrait souffrir d'aucune séquelle. En grandissant, ses propres os seront amenés à recouvrir l'armature de titane et à la renforcer.

Han Han n'est pas la première personne à avoir bénéficié d'une chirurgie assistée par l'impression 3D. Il y a un an, une patiente néerlandaise atteinte d'une maladie des os qui provoquait l'épaississement de sa boîte crânienne avait déjà reçu une prothèse en plastique réalisée de la même manière.

La prothèse 3D, contrairement aux prothèses habituelles, est d'une précision infaillible en ce qui concerne les proportions du modèle à remplacer. Cela permet au patient d'obtenir de meilleurs résultats, tant sur le plan cognitif qu'esthétique.