Un neurologue parle de cette maladie qui impacte la mémoire.

Selon les chiffres d’Alzheimer Europe, 9 % de la population belge serait concernée par la maladie, soit 200 000 personnes.

La maladie d’Alzheimer est assimilée aux personnes âgées. Pourtant, il existe des cas où la maladie se déclare beaucoup plus tôt, dans la quarantaine ou la cinquantaine. On parle d’Alzheimer précoce. " Ce sont des cas qui restent rares ", explique le professeur Bernard Hanseeuw, neurologue aux Cliniques Saint-Luc à Bruxelles. Les causes peuvent être héréditaires ou sporadiques.

Les premiers signes sont les oublis des faits récents. Au cours de notre interview, nous avons demandé à Florence Niederlander quel passage de son livre elle affectionne le plus. Elle nous a répondu l’avoir relu la veille de notre échange, mais ne s’en souvient plus. " Les faits anciens, eux, ne sont pas touchés ." Le malade d’Alzheimer n’arrive plus à s’orienter dans l’espace et le temps. " Il ne se rend pas compte de tous ces signes. C’est son entourage qui l’alerte ."

Comme le rappelle le spécialiste, " la société n’est pas apte à prendre en charge les jeunes patients touchés par un Alzheimer. L’encadrement social est plus fort pour les personnes âgées ."

Des structures existent pourtant pour aider ces patients jeunes, à l’image de l’ABSL Alzheimer Belgique. Des activités d’art-thérapie, des ateliers de lecture, de dessin ou des entretiens individuels ou en famille sont proposés. " Les malades doivent exprimer leurs émotions, mais chaque accompagnement est différent ", indiquent Anouk Dufour et Anabelle Roeland, ergothérapeute et ergothérapeute-psychomotricienne. Dans les dix cliniques de la mémoire reconnues, des stratégies sont établies à la fois pour maintenir l’autonomie et pour éviter que les problèmes liés à la mémoire posent problème dans la vie de tous les jours.

Des traitements existent pour " soigner la maladie, mais pas pour la guérir. Ils améliorent la concentration et la mémoire de manière modeste en agissant sur les conséquences et non sur les causes, qui elles continuent de se propager. Une année peut être gagnée avant un placement dans une maison de repos."