Menée dans 55 hôpitaux du pays, l'essai clinique publié par le New England Journal of Medicine visait à établir si ce médicament controversé, combiné ou non à l'antibiotique azithromycine, peut améliorer l'état des patients atteints d'une forme légère ou modérée du Covid-19.

Face à la pandémie, le gouvernement Bolsonaro recommande depuis mai dernier l'emploi de l'hydroxychloroquine ou de l'antipaludéen chloroquine, associés à l'azithromycine.

Le dirigeant d'extrême droite, qui a annoncé avoir été testé positif au Covid-19 le 7 juillet, a affirmé à plusieurs reprises avoir vu son état de santé s'améliorer grâce à l'hydroxychloroquine. Dimanche, il a même brandi une boîte de ce médicament controversé - dont le président américain Donald Trump a lui aussi vanté les mérites.

Mais selon plusieurs essais contrôlés randomisés, le médicament est inefficace face au virus et peut avoir des effets secondaires néfastes. L'étude brésilienne, menée par un groupe de chercheurs et de médecins sous le nom de Coalition Covid-19 Brésil, est parvenue à la même conclusion.

Conduite sur 667 patients, elle a établi que ceux traités à l'hydroxychloroquine s'exposaient à davantage de problèmes au coeur et au foie.

A la date de jeudi, le Brésil, qui est après les Etats-Unis le pays le plus lourdement atteint par le Covid-19, comptait près de 2,3 millions de cas de contamination et plus de 84.000 décès.

M. Bolsonaro, un ancien militaire d'extrême droite, a souvent minimisé la gravité de la pandémie, qu'il a longtemps qualifiée de "grippette". Il s'est promené jeudi à moto et s'est entretenu sans masque avec des balayeurs près de sa résidence à Brasilia, selon des photos diffusées dans les médias.