L'Agence européenne des médicaments (AEM) doit en même temps se prononcer sur les doses de rappel des vaccins Pfizer et Moderna pour les personnes âgées et immunodéprimées, a déclaré à la presse le responsable de la stratégie vaccinale de l'AEM, Marco Cavaleri.

La protection contre le Covid-19 tend à décroître dans les mois suivant les premières doses, a-t-il indiqué.

"Les données disponibles montrent que l'immunité contre le Covid-19 acquise avec les premières doses faiblit avec le temps, et la protection contre l'infection et ses symptômes décroît dans différentes parties du monde", a-t-il poursuivi.

En conséquence, l'AEM est en train d'évaluer la demande de Pfizer pour l'utilisation d'une troisième dose au moins six mois après la deuxième pour la population âgée de plus de 16 ans.

"Le résultat de cette évaluation est attendu début octobre, à moins qu'un supplément d'informations ne soit nécessaire", selon M. Cavaleri.

Le responsable de l'AEM a également estimé que "les preuves deviennent de plus en plus tangibles" qu'il faut administrer une troisième dose peu de temps après les premières aux personnes immunodéprimées qui "répondent faiblement" aux doses initiales.

Les taux d'hospitalisation des personnes les plus âgées commencent notamment à augmenter, l'effet des premières doses faiblissant, selon lui.

L'agence indiquera "d'ici à début octobre si des recommandations spécifiques doivent être incluses dans l'information sur les produits" des vaccins Moderna et Pfizer pour ces personnes, a-t-il ajouté.

Une quinzaine de pays dans le monde ont commencé à administrer une troisième dose aux plus fragiles, notamment certains pays de l'UE (France, Italie, Allemagne...) qui n'ont pas attendu le feu vert des autorités européennes, anticipant un regain hivernal de l'épidémie.

L'AEM a "reconnu et compris" cette décision, selon le responsable.

Le régulateur devrait également prendre une décision sur la vaccination des jeunes enfants dans les prochains mois.

Pfizer devrait fournir des données sur des essais cliniques sur des enfants âgés de 5 à 11 ans début octobre et Moderna en novembre. Pour chacun de ces sérums, la décision devrait intervenir quatre semaines plus tard, selon M. Cavaleri.

Le régulateur a autorisé pour l'instant quatre vaccins anti-covid aux 27 Etats membres de l'Union européenne : Pfizer/BioNTech et Moderna qui utilisent la technologie de l'ARN messager, et Astrazeneca et Johnson & Johnson, qui utilisent celle des vecteurs viraux.

A ce stade, seuls Pfizer et Moderna ont été autorisés chez les enfants de 12 ans et plus.

Retrouvez les derniers chiffres de la pandémie de Covid en Belgique