C'est une question qui n'est pas encore claire. Ce qui semble certain, c'est que les contrats européens en cours de négociation et éventuellement renouvelés comprendront une exigence d'adaptation des nouveaux vaccins aux variants. Le professeur Dirk Ramaekers l'a annoncé lors de la conférence de presse hebdomadaire de la task force.

"Nous pouvons être clairs sur ce point : il n'y a pas de certitudes sur la troisième dose", commence Ramaekers. Comme d'autres pays européens, la Belgique se prépare à administrer une troisième dose, soit pour des groupes cibles vulnérables spécifiques, soit pour tout le monde. Les membres de la task force espèrent obtenir plus de clarté à ce sujet à l'automne.

Nuance

En ce qui concerne les stocks, il ne devrait pas y avoir de problème car un grand nombre de vaccins seront livrés à partir de septembre. Le professeur Pierre Van Damme explique toutefois qu'il faut faire preuve d'une certaine nuance à propos de la question de la troisième dose.

"Nous devons distinguer clairement ce que l'on entend par une troisième dose. S'agit-il du même vaccin que celui qui est actuellement formulé ? Ou une troisième dose dans une composition adaptée aux variantes ?" dit Van Damme.

Des contrats adaptés

"Les contrats qui seront négociés au niveau européen ou qui seront prolongés devront inclure des adaptations aux variants. A partir de la fin de cette année ou du début de l'année prochaine, en principe tous les vaccins destinés à une troisième dose devront être adaptés aux variants. Il semble que les entreprises seront en mesure de le faire", conclut M. Ramaekers.