Santé

350.000 ménages belges ont une carte de fidélité chez Medi-Market, vous visez le demi-million en 2019. Vous venez d’ouvrir un premier institut de beauté à Waterloo, un second va suivre aux Grands Prés à Mons… Où vous arrêterez-vous?

Notre volonté est de démocratiser l’expertise santé. On l’a fait avec la pharmacie et la parapharmacie, quels sont les autres segments où l’on peut intervenir? L’institut de beauté. Les marges pratiquées sur les soins esthétiques sont complètement démesurées! Le marché pense que les gens sont prêts à payer n’importe quoi, notamment pour maigrir, donc on demande 300€ pour une séance de cryolipolyse, par exemple. Mais il faut être réaliste, c’est un scandale de demander 300€. Economiquement, il y a moyen de générer de la rentabilité à 150€ la séance.

Et après, la médecine esthétique?

Non, ce serait aller trop loin, ce n’est pas notre créneau… Du moins pour l’instant. Mais je suis convaincu qu’il y a, là aussi, moyen de faire des choses. Notre ambition sera plutôt de dépasser nos frontière avec ce que nous faisons déjà.

(...)