Pas moins de 624 citoyens belges attendent un premier entretien en vue d'un changement de sexe, selon les chiffres parus dans Het Laatste Nieuws mercredi.

Les hommes qui veulent devenir des femmes doivent patienter, en moyenne, deux ans avant l'intervention. Quant aux femmes qui souhaiteraient devenir des hommes, cela peut même grimper jusqu'à quatre ans. À l'UZ Gent, les agendas sont tellement remplis qu'on décourage les nombreux patients étrangers à vouloir se faire opérer dans l'institution. La Belgique est l'un des pays pionniers en matière d'opérations de changement de sexe. "Non seulement la qualité des interventions est reconnue, mais l'expertise scientifique y est aussi excellente", relève le docteur Guy T'Sjoen, responsable de l'endocrinologie à l'UZ Gent. L'année dernière, 456 Belges se sont inscrits sur les listes dans cet hôpital. 91% d'entre eux ont commencé un traitement hormonal, 52% ont subi une chirurgie génitale. "Et le pic n'a pas encore été atteint."