Sexualité Voici quelques jeux pour occuper les longues soirées d’hiver qui se profilent et pour se tenir chaud… dans tous les sens du terme.

Depuis belle lurette, les jeux de société dits coquins ont envahi les présentoirs des commerçants. Et ils sont bien plus nombreux que vous l’imaginez. Il y en a pour tous les goûts et pour toutes les assemblées, du colloque singulier à la bande de potes (non, il n’est pas écrit que tout cela doit se terminer en orgie !).

Certains de ces jeux sont de nature à éveiller les sens. Ils se jouent le plus souvent en couple et ont le grand mérite de ne pas faire de perdant (du moins a priori). Par les temps qui courent et l’esprit de compétition qui est celui qui anime ce début de millénaire, ce n’est pas plus mal. Ils viennent pimenter la vie à deux, levant le voile sur les fantasmes des protagonistes, soumettant les joueurs à des défis ou des gages, des plus softs ou plus hot. Parfaits pour les préliminaires, ils conduisent aussi à mieux connaître son partenaire. Il est en effet étonnant de voir à quel point jouer délie les langues ! On se découvre ou on se redécouvre. Et l’on ne manque pas d’être surpris.

Bien plus que coquins, ces jeux plongent les protagonistes dans une atmosphère érotique, prélude à quelques galipettes sous la couette (ou partout ailleurs, l’imagination étant la seule limite en la matière).

Le bien nommé 69, de Dorcel, en est un exemple. Il est clairement destiné aux adultes et l’objectif est - surprise ! - d’atteindre la case orgasme. On vous laisse deviner comment y parvenir.

Citons également Mission intime dont le gagnant est celui qui voit se réaliser la mission qui lui a été confiée. Ou encore le très simple mais très efficace Love to love Play&love, un jeu de dés désignant des actions à faire sur des parties du corps…

Pour rire

D’autres jeux, toujours un peu coquins, ne vont pas aussi loin dans la sensualité mais vous promettent de franches parties de rigolades qui, pourquoi pas, peuvent aussi virer au moment câlin, même si ce n’est pas le but initial. C’est le cas de Nonsense dans sa déclinaison Love. Voilà donc le jeu "pour les langues bien pendues" comme l’indique la notice de la version Classic qui vire donc polissonne. Le principe est toujours le même : à la façon du célèbre Carabistouille, vous choisissez un ou des mots, un autre joueur vous donne une situation et c’est à vous d’inventer une histoire sur cette base dans laquelle vous introduirez le ou les termes sans que les autres les devinent. C’est simple mais toujours efficace. Et surtout très marrant quand les scènes proposées sont tout à fait loufoques.

Il existe même un mode duo qui permet de se lancer dans des sketchs délirants quand il s’agit, par exemple, de reproduire la situation suivante : "Ta collègue te surprend assis sur la photocopieuse le pantalon baissé. Tu expliques…" Bref, voilà une belle occasion de rire de situations "amoureuses" en bonne compagnie. Nonsense Love se joue de 3 à 6 joueurs, à partir de 16 ans. Les parties durent une trentaine de minutes.

Enfin, ne vous fiez pas à l’emballage de Pipi caca culotte. Sous ses dehors enfantins, la boîte cache un jeu qui promet de franches rigolades et des fous rires à n’en plus finir. Façon Pictionnary, il vous revient de faire deviner des mots et des expressions, que ce soir en dessinant, en expliquant (crier, hurler, chanter ou faire des bruits est accepté), en mimant, en sculptant grâce à la pâte à modeler fournie ou en combinant ces quatre méthodes. À vous d’avoir l’imagination nécessaire pour décrire "Avoir la tête dans le cul", "Chier une pendule", "Boules de geisha" ou encore "Pince-tétons". Pipi caca culotte offre une occasion unique de briser la glace qui peut exister entre les joueurs. On se prend très vite et les surprises sont au détour de chaque carte. Ça se joue à trois ou plus, à partir de 18 ans.