Sexualité La pornographie devient de plus en plus accessible, et ce, y compris pour les enfants

En France, c’est en moyenne à l’âge de 10 ans qu’un enfant est confronté pour la première fois à la pornographie en ligne. Des images qui peuvent être très violentes pour un enfant lorsqu’il tombe dessus par hasard. Le visionnage de ce genre de vidéos peut marquer pendant longtemps et avoir des conséquences sur leur vie sexuelle et affective dans le futur. Le documentaire Pornographie : un jeu d’enfants, réalisé par Anne-Marie Avouac, aborde cette problématique de plein front. De nombreux témoignages d’enfants de 10 à 15 ans sont édifiants et parfois glaçants. Le long métrage fait également intervenir des experts comme des gynécologues, sexologues, gendarmes et psychologues. Il adopte un ton informatif, pédagogique mais en n’étant jamais alarmiste même si la situation est inquiétante.

La pornographie devient de plus en plus accessible pour les enfants. En naviguant tout seul sur le web, il y a des chances qu’ils puissent y être confrontés, même si la loi française l’interdit fortement. Une petite fille de dix ans raconte dans le documentaire qu’après avoir visionné des films classés X sur la tablette de sa mère, elle a discuté avec plusieurs personnes sur Internet et partagé des clichés dénudés d’elle tous les jours à ces personnes. L’accompagnement d’adultes et de professionnels est essentiel pour minimiser les traumatismes de ce genre d’expérience. Le film revient également sur l’échange de "nudes", pratique courante chez les adolescents. Les jeunes filles interrogées affirment toutes avoir déjà envoyé des photos à caractère sexuel à leurs partenaires. Lorsque ces clichés dépassent la sphère privée et sont partagés entre une bande d’amis ou dans une école, une fois encore, le sentiment d’humiliation peut être très lourd à porter pour celles concernées.

Les films pornos ont un impact très fort sur les relations entre les hommes et les femmes. Les jeunes vont reproduire ce qu’ils ont vu dans les vidéos. Des vidéos qui banalisent les comportements ultra-violents, effacent toute question de consentement et considèrent les femmes comme des objets. Le documentaire souligne l’importance de répéter que ce n’est pas la réalité, qu’il faut faire comprendre aux ados et aux enfants que ce sont des acteurs, qu’ils sont payés pour faire ça. La sexualité, ça s’appréhende, ça s’apprend, mais loin des films pornos.