La parole se libère de plus en plus en matière d’intimité sexuelle et si l’on se raconte ses histoires d’amour ou ses déboires "de partenaires" entre ami.e.s, il n’est plus rare non plus de parler de plaisir en solo et des sextoys qui peuvent avoir révolutionné votre rapport au plaisir.

Une enquête menée par Lovehoney, l’un des principaux fabricants et distributeurs de produits dédiés au plaisir, montre ainsi le développement des sextoys en passe de laisser tomber leur statut de produits tabous pour devenir des objets "lifestyle" et normalisés du quotidien.

Dans ce changement des mentalités, la crise sanitaire inédite que l’on connaît depuis près de 2 ans aura joué un rôle crucial. avec les confinements à répétition liés à la Covid-19, les ventes de jouets sexuels ont explosé depuis début 2020. Cela se reflète dans les résultats de l’enquête menée par Lovehoney, avec plus d’un tiers des sondés (31 %) qui déclarent avoir déjà utilisé un sextoy, et deux tiers d’entre eux (63 % des hommes et 67 % des femmes) qui disent en utiliser plusieurs fois par mois. 65 % des sondés trouvent d’ailleurs que les sextoys ajoutent du piment à la sexualité et 57 % pensent que c’est un moyen de maintenir l’excitation dans un couple.

Les chouchous

Les préférences varient beaucoup en fonction du genre et du statut relationnel des personnes interrogées. Ainsi, les femmes, qu’elles soient en couple ou célibataires, sont toutes intéressées en premier lieu par les vibromasseurs pour le point G (51 %) et par les stimulateurs clitoridiens (49 %), puis par les sextoys de type "rabbit" qui offrent une double stimulation interne et externe (39 %).

Pour les hommes sondés, leur statut relationnel fait fortement varier leur intérêt pour les différents jouets et accessoires sexuels ! Les hommes célibataires s’intéressent aux lubrifiants (40 %), aux jeux sexuels (36 %), aux sous-vêtements sexy (42 %), aux préservatifs (35 %) ou encore aux masturbateurs pour le pénis (34 %). Quant aux hommes en couple, leur intérêt premier se porte sur les vibromasseurs pour le point G (49 %), puis sur les stimulateurs clitoridiens en deuxième position (46 %), et ex æquo à la troisième place, les sous-vêtements sexy et les godemichés (42 %). Conclusion : les hommes s’intéressent beaucoup au plaisir de leur partenaire féminine.

Seul ou en duo ?

60 % des sondés disent avoir un rapport sexuel avec pénétration au moins une fois par semaine. 70 % d’entre eux sont en couple et 33 % sont célibataires, une différence qui paraît logique. En revanche, concernant la masturbation, la différence n’est pas si significative que ça. En effet, parmi les 51 % se masturbant au moins une fois par semaine, 55 % sont célibataires et 49 % sont en couple, soit une différence de 6 % seulement.