La lutte contre le tabagisme entre les mains des jeunes

­Le savoir-vivre appris aux enfants

BRUXELLES Ils représentent les principales victimes de l’industrie du tabac. Ils sont, de fait, les mieux placés pour en parler : Non, le tabac, c’est pas cool du tout, disent les jeunes. Un message que véhicule, depuis 2005, la campagne Help, lancée par la Commission européenne et donnant la parole à des associations de jeunes.

Muni de spots télévisés, d’infos et de vidéos sur le Web (www.help-eu.com), mais aussi, plus récemment, utilisant le Street’Art (graffitis), Help déploie les moyens nécessaires pour “toucher les jeunes. Après, on n’a aucune assurance que le jeune renoncera à la cigarette, même s’il dit avoir compris. Les comportements ne vont pas changer d’une année à l’autre. Tant que l’industrie du tabac continuera à promouvoir ses produits, il devra y avoir un contrepoids”, explique Emile Clemens, porte-parole pour ces campagnes.

“On lutte à armes inégales, renchérit Michel Pettiaux, directeur du Fonds des affections respiratoires. Le budget alloué à la prévention n’est que de 130.000 euros. Quand on sait ce que l’industrie du tabac peut déployer comme moyens…”

Aux pouvoirs publics d’y répondre. “Je crois qu’on prend conscience des méfaits du laxisme antérieur en matière de publicité pour le tabac. Il y a une réelle volonté européenne de lutter contre le tabagisme.” Les campagnes Help en sont la preuve. Mais pour quelles solutions ? “Il y a de multiples stratégies à développer. L’interdiction de fumer dans certains cafés constitue, par exemple, une énorme avancée.” Quant à une augmentation du prix du paquet ? “Je suis pour ! On a constaté qu’une augmentation régulière de 10 % du prix réduisait la consommation de 3 à 4 %.”

L’attention des campagnes antitabac et des autorités est principalement dirigée vers les couches sociales défavorisées, les femmes et les jeunes… Avec, pour rappel alarmant, les 70 % de risque de décéder d’une maladie liée au tabagisme quand on commence la cigarette vers 13-14 ans.

Un jeune sur trois, âgé de 15 à 24 ans, fume. Help l’a donc bien compris : il faut faire de ce public une cible. 67 % d’entre eux à travers l’Europe ont vu la dernière campagne télévisée de Help. “Malheureusement, ce n’est pas en six ans qu’on atteindra une Europe sans tabac.”



© La Dernière Heure 2010