C'est en 1987 que sont apparus ces tests. Ils ont permis de diminuer de 35 % le nombre de victimes sur les routes d'Europe

BRUXELLES La sécurité qu'offre une voiture à ses occupants est souvent déterminante dans le choix final du consommateur lorsqu'il doit acheter un nouveau véhicule. Aujourd'hui, c'est facile. Les voitures sont certifiées par un organe sérieux qui décerne des étoiles aux voitures neuves. Plus aucune voiture n'est produite sans imaginer ce qu'elle va subir aux crashs tests et la cote qu'elle va recevoir. La plupart des voitures mises sur le marché, petites ou grandes, affichent des scores de 4 ou 5 étoiles en matière de sécurité.

Pour arriver à un tel résultat, Euro NCAP les soumet à toute une batterie de tests mieux connus sous le nom de crashs tests. Ces expériences ont vu le jour en 1987 et ont très nettement permis d'améliorer la sécurité des voitures circulant sur les routes européennes. Touring qui est, avec d'autres clubs automobiles, partie prenante dans la mise en oeuvre de ces tests estime que grâce à cela, on a vu baisser le nombre de victimes sur nos routes de 35 % en 20 ans. Pour preuve, l'Adac, qui est l'équivalent allemand de Touring, a réalisé un crash test comparatif inédit. Ils ont soumis à une collision frontale à 56 km/h une Ford Fiesta moderne et une Ford Sierra d'il y a vingt ans. Le résultat est sans appel.

Le presque ancêtre ne peut s'ouvrir que comme une boîte de conserve et ses occupants ne peuvent qu'en ressortir blessés par le déplacement ou le bris des pièces.

À cette époque, seule la ceinture de sécurité faisait figure d'élément de sécurité. Les crashs tests ont incité les constructeurs à investir dans la sécurité de leurs véhicules.

L'exemple de la voiture chinoise Brilliance, qui a été retirée du marché du Benelux parce qu'elle affichait des résultats très inférieurs à la moyenne aux crashs tests est un autre exemple de ce qu'ont pu apporter ces tests spectaculaires au monde de l'automobile.



© La Dernière Heure 2007