Touché... coulé !

L'ex-France a accosté en Inde où il doit être démantelé

NEW DELHI Le paquebot ex-France a accosté au port d'Alang, dans l'ouest de l'Inde, où il doit être démantelé en dépit de l'opposition des organisations écologistes selon lesquelles il contiendrait 900 tonnes de produits toxiques, a indiqué un responsable du port à l'agence PTI.

Le paquebot, rebaptisé Norway puis Blue Lady, "est arrivé après avoir achevé toutes les formalités requises. Il devrait être prêt au démantèlement d'ici à un mois", a indiqué un responsable du port d'Alang, Anil Rathore, à l'agence Press Trust of India. Le navire doit être démantelé au chantier naval d'Alang, le plus grand d'Asie, dans l'État du Gujarat. En juin, la Cour suprême avait autorisé le paquebot à pénétrer temporairement dans les eaux territoriales indiennes. Mais elle avait indiqué qu'il ne pourrait être démantelé tant qu'un comité d'experts techniques mandatés n'aurait pas rendu son rapport sur la composition des matériaux à son bord.

Début août, le groupe d'experts avait estimé qu'après démantèlement du paquebot, il y aurait 210 tonnes de produits dangereux et avait donné son feu vert à l'opération à condition que le chantier se débarrasse de ces matériaux sans provoquer aucun danger. Les organisations écologistes Greenpeace et Corporate Accountability Desk ont accusé les experts d'avoir mené une inspection "hâtive" du navire.

Selon Greenpeace, le paquebot contiendrait plus de 900 tonnes d'amiante, autres matériaux cancérigènes et métaux lourds. La polémique sur l'ex-France était née après celle qui a porté pendant des mois sur l'ex-porte-avions français Clemenceau, qui devait être démantelé et finir d'être désamianté à Alang. Après des mois de bataille judiciaire, Paris avait finalement ordonné le 15 février le retour du Clemenceau qui faisait route vers l'Inde, après que la plus haute juridiction administrative française eut ordonné la suspension de son transfert vers Alang.

La polémique sur l'ex-France était née après celle qui a porté pendant des mois sur l'ex-porte-avions français Clemenceau, qui devait être démantelé et finir d'être désamianté à Alang. Après des mois de bataille judiciaire, Paris avait finalement ordonné le 15 février le retour du Clemenceau qui faisait route vers l'Inde, après que la plus haute juridiction administrative française eut ordonné la suspension de son transfert vers Alang. Construit par les Chantiers de l'Atlantique, le France fut mis à l'eau en 1960, en présence notamment de milliers de spectateurs. Le général de Gaulle déclara alors : "Et maintenant, que France s'achève et s'en aille vers l'océan pour y voguer et servir ! Vive le France, vive la France !".



© La Dernière Heure 2006

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be