Le diesel au plus haut

Michaël Kaibeck
Le diesel au plus haut
©

À partir d'aujourd'hui, le prix à la pompe égale le record historique de septembre 2005 à 1,1580 euro le litre !

BRUXELLES C'était dans l'air depuis quelques semaines déjà. Vu la conjoncture actuelle sur les marchés internationaux, on craignait que la flambée des prix des produits pétroliers ne mène à de lourdes augmentations à la pompe. C'est désormais chose faite. Aujourd'hui, le prix du diesel, le carburant le plus vendu dans notre pays (lire ci-contre), subit une nouvelle augmentation.

En prenant 0,0280 € ce matin, le prix maximal à la pompe pour un litre de diesel s'élève désormais à 1,1580 euro. En athlétisme, on dirait qu'il s'agit là de la deuxième meilleure performance de tous les temps puisque ce niveau de prix avait déjà été atteint il y a un peu plus de deux ans, le 2 septembre 2005 pour être précis.

Il est évident qu'il s'agit là d'un prix maximal que les exploitants de stations-service ne peuvent dépasser. Libre à eux d'octroyer des ristournes à leurs clients en rognant sur leur marge et en faisant jouer au mieux la libre concurrence du secteur.

Hier, selon le site carbu.be, qui recense les stations-service les moins chères du pays, il était encore possible de trouver des endroits où le litre de diesel s'affichait à 0,979 euro le litre. Mais la moyenne des pompes les moins chères était déjà à 0,99 euro le litre. Autant dire que cette nouvelle augmentation, il faut se faire une raison, va rendre quasiment nulle la possibilité de faire le plein de diesel à moins d'un euro le litre.

Cette augmentation du diesel intervient après celles de l'essence mardi (1,421 euro le litre pour la 95 octane et 1,438 pour la 98) et du mazout de chauffage jeudi (0,6376 le litre, à un souffle du record de 2005). Ces hausses successives sont liées directement à l'évolution des prix du pétrole sur les marchés internationaux. Le baril a vu son prix battre record sur record cette semaine, dépassant allègrement les 85 dollars et frôlant même les 90 dollars.

Impossible de dire avec précision ce qui attend le consommateur dans les jours ou les semaines à venir car, par définition, "c'est imprévisible" , explique Gaëtan van de Werve, de la Fédération pétrolière. "Certains analystes voient le baril atteindre prochainement les 100 dollars, d'autres tablent sur les 60 dollars, il est impossible de savoir ce qui va se passer."

Si le baril de pétrole continue à grimper comme cela, il est en tout cas fort à parier que les seuils aussi bien quotidiens qu'hebdomadaires vont vite être franchis et que les prix à la pompe risquent cette fois de crever les plafonds.

Cela dit, le secrétaire général de la Fédération pétrolière de Belgique, Gaëtan van de Werve, rassure. Certes, on atteint le niveau record de 2005, mais "le niveau de prix n'est pas équivalent. Depuis 2005, l'index a évolué et les salaires aussi. Le 1,158 euro d'aujourd'hui n'est donc pas équivalent à celui de 2005" .

À euro constant, "il faudrait que le litre de diesel atteigne 1,19 euro le litre pour égaler effectivement le record de 2005" .

À ce rythme-là, on y sera peut-être plus vite qu'on ne le croit...



© La Dernière Heure 2007

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be