Le grand combat d'Alexandre

Mathieu Ladevèze
Le grand combat d'Alexandre
©DEMOULIN

A 8 ans, il souffre d'un cancer de l'estomac. On va lui retirer lundi

WOLUWE-SAINT-PIERRE A l'école comme à l'hôpital Reine Fabiola où il est soigné, tout le monde appelle Alexandre La perle rare . Pour la rareté de sa maladie (ses maladies en fait) mais aussi et surtout pour le caractère qu'affiche ce petit bonhomme de 8 ans face à la souffrance qu'il endure depuis son plus jeune âge. "C'est un garçon très courageux" , avance avec le plus grand respect sa soeur Aurélie.

Nous évoquions déjà son histoire voici sept ans. Depuis lors, ses parents ont appris qu'Alexandre était victime de deux maladies, distinctes selon les médecins. Le syndrome Rapadilino - une maladie orpheline - l'empêche, entre autres, de croître normalement. Il est le seul cas connu en Belgique, ils sont cinq en Europe. Ce bambin de 3e primaire primé pour ses excellents résultats en français porte du 5 ans.

Son autre maladie l'oblige à subir une intervention particulièrement lourde ce lundi. À 9 h, Alexandre entrera en salle d'opération pour se faire enlever l'estomac, usé par un cancer. Un mal dont souffrent généralement les adultes, exceptionnellement les enfants.

Nancy Hadhoum se bat depuis de longues années pour sauver son fils. Non sans mal. Sans travail, elle élève ses cinq enfants avec son compagnon, un ancien de la Croix-Rouge aujourd'hui au chômage.

Leur situation financière n'est pas au mieux et les frais liés aux soins d'Alexandre les plonge dans un désarroi total. "Les huissiers sont déjà passés une dizaine de fois à la maison. Nous ne sa vons pas payer les frais médicaux. Pire, nous avions un médiateur de dettes, il n'a jamais voulu débloquer nos 3.000 euros pour payer les médecins..."

Rencontrer Julie Taton

Alexandre semble loin de ces considérations pratiques, pourtant essentielles. Il sait pertinemment qu'on va lui enlever l'estomac. "J'aurai cinq médecins autour de moi" , explique celui qui rêve de "monter dans un vrai camion de pompier" et de voir débarquer "Julie Taton dans sa limousine" chez lui. "Nous avons affiché le chat à notre fenêtre" , lance sa maman.

Alexandre ne craint pas l'opération. "Il fait confiance aux médecins. Nous aussi" , précise Nancy. "Il les connaît très bien et en sait plus que nous tous sur sa maladie. Les médecins lui disent la vérité." Récemment, Nancy a écrit à la reine Fabiola et à la princesse Mathilde. Une bouteille à la mer à la veille d'une opération qui durera douze heures...


200 cancers par an chez les enfants

Il s'agit toujours d'un drame pour la famille concernée, mais il faut savoir que le cancer chez l'enfant est une réalité. Près de 40 % des cancers de l'enfant se développent avant l'âge de 4 ans. Les cancers de l'enfant sont rares. Ils ne représentent qu'une faible proportion des cancers humains (1-3 %), soit environ 200 nouveaux cas par an en Belgique.

La répartition en fonction du type de cancer montre que, chez l'enfant, les leucémies et les lymphomes (cancers des ganglions) représentent près de la moitié des cancers (44 %). Viennent ensuite les tumeurs du système nerveux central et, pratiquement à la même fréquence, les neuroblastomes, les tumeurs des tissus mous et les cancers du rein.

Au cours de ces 20 dernières années, le pronostic du cancer de l'enfant s'est nettement amélioré pour atteindre, en 1998, une survie globale de 60 à 70 %, tous cancers confondus. Les leucémies sont la forme de cancer la plus fréquente chez l'enfant mais, vu que les cancers sont rares à cet âge, le nombre de cas est limité. Il y a donc davantage de patients plus âgés.

L'ostéosarcome est la forme la plus courante de cancer de l'os. Elle atteint surtout les jeunes qui ont entre 10 et 30 ans. Cette maladie touche le plus souvent un os de la jambe : le fémur ou le tibia. Dans notre pays, on enregistre une bonne trentaine de nouveaux cas par an.

Le sarcome d'Ewing est une autre forme de cancer de l'os. Cette maladie est plus rare. On enregistre plus ou moins dix nouveaux cas par an en Belgique. Elle atteint également les jeunes âgés entre 5 et 30 ans. Cette forme de cancer se localise généralement au niveau du bassin, de la jambe ou d'une côte.

Chez l'enfant, même si le nombre de cas est limité, les tumeurs cérébrales arrivent toutefois en seconde position, après les leucémies.

Les tumeurs du cerveau, sont les tumeurs solides que l'on rencontre le plus fréquemment chez les enfants. Les cancers du testicule sont relativement rares. Ils se déclarent surtout chez de jeunes adultes, entre 20 et 35 ans.

Toutefois, ils existent aussi chez les enfants. On constate en moyenne cinq cas par an pour les jeunes entre 0 et 14 ans.

Renseignements : 0800/15.801.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be