Les Carolos sont les plus chauds

D. Ha.
Les Carolos sont les plus chauds
©Reporters

A contrario, les Namurois sont plus timides, selon une étude menée auprès de 8.000 Belges

CHARLEROI Bruxelles, Namur, Charleroi, Liège… Qui d’entre nous n’a jamais pensé avoir manqué une occasion de séduire… Plus grand vendeur de sex-toys du pays, Nicolas Bustin a réalisé un sondage auprès de 8.000 personnes (4.000 femmes et 4.000 hommes) équitablement répartis dans les quatre plus grandes villes francophones du pays. La question : combien d’entre nous éprouvent des difficultés à faire le premier pas ? Résultat des courses, en détails.

Bruxelles : 54,56 %

“Tant les femmes que les hommes jouent une séduction qui passe d’abord par le paraître, avec une attitude de Bella chez la femme. Pour les deux sexes, les vêtements, la coiffure, le sourire… sont des éléments déterminants. Les Bruxellois ont aussi tendance à mettre trop souvent la femme sur un piédestal. Séduire dans notre capitale demande donc de franchir cette première barrière du paraître.”

Namur : 62,23 %

“Namur est une sorte de couveuse. Avec ses deux vallées et sa Citadelle, on s’y sent protégé. Ses habitants aiment toujours se sentir bercés, protégés et cela provoque une certaine appréhension niveau contact. La mode vestimentaire des Namuroises reflète plus leur personnalité qu’à Bruxelles. Entre classe et sensualité, les Namurois font donc preuve d’une certaine timidité. Sachez encore que les Namuroises sont beaucoup plus passives que les Bruxelloises en matière de drague. Les hommes doivent donc être attentifs aux regards qu’elles leur offrent et soigner ceux qu’ils leur rendent, ce qui veut aussi dire sourire.”

Charleroi : 27,5 %

“Par rapport à Bruxelles, il y a plus de provocation niveau habillement et une attitude qui fait plus Bimbo, pulpeuse, colorée, presque avec une pointe d’excès : un décolleté prononcé, des vêtements plus moulants… Que ce soit dans l’attitude, le comportement, ou l’habillement, partout on retrouve ce côté sexe et provocation. Un phénomène qui trouve sa source dans un passé pas si lointain : Charleroi a été un important bassin minier et, pour ses ouvriers célibataires, les principaux plaisirs de l’époque, c’était bien manger et le sexe. Les Carolos sont aussi plus machos. On le voit souvent dans la manière de répondre aux questions qui concernent les femmes.”

Liège : 45,6 %

“On s’aborde beaucoup plus facilement. L’ouverture à la discussion y est plus grande qu’ailleurs. Cela vient certainement de l’importance de la communauté estudiantine, et de la mentalité très jeune qui prévaut à Liège. Même si cette ouverture facilite la drague, les femmes sont tellement abordées qu’elles sont plus exigeantes et ont tendance à comparer les hommes.”



© La Dernière Heure 2012

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be