La Belgique victime d'une invasion de limaces

On compte 300.000 limaces par hectare contre 80.000 les années précédentes.

Gilbert Dupont
La Belgique victime d'une invasion de limaces
©Photonews

On compte 300.000 limaces par hectare contre 80.000 les années précédentes.

La Belgique fait face à une invasion exceptionnelle de ... limaces, prolifération à la fois plus précoce (de 15 jours à 3 semaines) que les années passées, et surtout en infiniment plus grand nombre.

Hiver peu rigoureux, humidité et douceur: autant d’explications “de jardinier” auxquelles des scientifiques, comme René-Marie Lafontaine à l’Institut des Sciences naturelles, ajoutent les leurs.

Le phénomène limace n’épargne aucune région. En Flandre, Marc Herremans, coordinateur des recherches de Natuurpunt, l’une des pricipales associations belges de protection de la nature avec Natagora, avance le chiffre de 300.000 limaces à l’hectare (selon une estimation réalisée dans la région de Leuven).

300.000 contre de 50.000 à 80.000, soit de 4 à 6 fois plus que les années passées: donc oui, une véritable explosion.

Chercheur en biologie de la conservation à l’Institut des Sciences naturelles, René-Marie Lafontaine parle d’un phénomène d’”éclosions massives de limaces” et avance cette explication de fond.

Car pour lui “la météo n’explique pas tout. La première cause de cette prolifération, c’est la disparition des prédateurs naturels, notamment du hérisson, tués par les pesticides, les insecticides et paradoxalement les anti-limaces. On a abouti à ce résultat contraire qu’utiliser abusivement certains produits anti-limaces a fini par tuer les animaux qui éliminaient les limaces et donc de favoriser la prolifération de celles-ci”.

En Wallonie, c’est partout la même réponse quand nous contactons 30 jardineries à Tournai comme à Libramont, Wavre, Visé, Carnières, Dion-Valmont et partout ailleurs.

Au mot “limace”, les uns parlent de “fléau”. D’autres d’”épidémie” ou de “catastrophe”.

“Gare aux salades et aux courgettes”, prévient Nathalie, vendeuse en jardinerie à Barry.

“Pas d’hiver, de l’humidité et de la douceur: tous les facteurs sont réunis”, ajoute un employé à Ottignies.

”Il me reste en rayon 5 boites de produits anti-limaces", constate un vendeur en Brabant wallon.

Et en région bruxelloise, il était impossible de faire son jogging près des étangs Marius Renard à Anderlecht, sans les écraser par douzaines, et en faire du jus sous les semelles.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be