Un numéro de téléphone pour piéger les harceleurs

À l'instar d'initiatives lancées en France et aux États-Unis, NextRide, une start-up belge, a créé un numéro anti-harcèlement.

Sarah Freres
Un numéro de téléphone pour piéger les harceleurs
©DR

Une femme sur deux est victime de harcèlement sexuel dans les transports en commun. NextRide, une start-up active dans le secteur de la mobilité, veut sensibiliser le public belge à cette réalité – souvent dédramatisée ou ignorée – tout en offrant une solution aux victimes de harcèlement. 

Le principe est simple : vous êtes dans le bus et un parfait inconnu insiste pour avoir votre numéro de téléphone. Vous êtes mal à l’aise, vous refusez mais ce dernier persiste. Il suffit alors de lui donner le numéro de la plateforme NextRide (0460 20 93 99) au lieu du vôtre. S’il envoie un SMS à ce numéro, il recevra ce message : “Hey ! Non, non, c’est pas qui tu crois. Tu sais, mettre les autres mal à l’aise, c’est pas cool. Quand on te dit “non”, bah… c’est non en fait. Apprends à respecter les femmes et leurs décisions. Ce jour-là, tu choperas de vrais numéros.” Le mécanisme repose sur un système de réponse différée, ce qui signifie que même s’il envoie un message devant vous, cette réponse ne lui parviendra que 30 à 60 minutes plus tard.

Ce numéro anti-harcèlement, gratuit et accessible à tous, s’inspire d’initiatives similaires lancées aux États-Unis et en France peu après l’éclatement de l’affaire Weinstein. “Quand on a vu que ça existait en France, on s’est dit qu’il fallait la même chose ici. En tant qu’acteur de la mobilité, que communauté forte d’un demi-millions d’utilisateurs… C’était cohérent. Il faut mettre un coup de projecteur sur ce phénomène public, très (trop) présent dans les transports en commun”, explique Thomas Hermine, CEO de NextRide.

Pour les créateurs de la start-up, il est impératif que le grand public soit plus sensibilisé au consentement. “On a un double objectif. Tout d’abord, on espère qu’en recevant ce message, les gens vont réfléchir à leur propre comportement et se posent les bonnes questions. Ensuite, on veut sensibiliser le plus de monde possible au fait que quand une femme dit non, c’est non.” 

Le numéro, qui a été activé aujourd'hui, avait déjà reçu 150 messages en trois heures ce matin.

Un numéro de téléphone pour piéger les harceleurs
©DR


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be