La recherche qui choque: Total a sciemment minimisé son rôle dans la menace du changement climatique

Total avait connaissance des conséquences néfastes de ses activités pour le climat dès 1971, mais a ensuite entretenu le doute et cherché à contrecarrer les efforts pour limiter le recours aux énergies fossiles, selon un article scientifique paru mercredi, dont les conclusions sont réfutées par le groupe pétrolier basé en France.

AFP
La recherche qui choque: Total a sciemment minimisé son rôle dans la menace du changement climatique
©© Bernard Demoulin

Cette recherche a été menée par Christophe Bonneuil, du centre de recherche français CNRS, Pierre-Louis Choquet, sociologue à Sciences Po Paris, et Benjamin Franta, chercheur en histoire à l'université américaine de Stanford, et publiée dans la revue Global Environmental Change.

Dès 1971, une publication dans la revue de Total expliquait que la combustion d'énergies fossiles conduit "à la libération de quantités énormes de gaz carbonique" et à une augmentation "assez préoccupante" de la quantité de gaz carbonique dans l'atmosphère. Pour autant, le groupe a passé ce sujet sous silence, relèvent les chercheurs.

Au milieu des années 1980, le géant américain Exxon, via l'Association environnementale de l'industrie pétrolière (IPIECA), prend la tête d'une campagne internationale des groupes pétroliers pour "contester la science climatique et affaiblir les contrôles sur les énergies fossiles", poursuivent les chercheurs.

"La nouveauté est qu'on pensait que seul Exxon et les groupes américains étaient dans la duplicité", mais "on s'aperçoit que nos champions pétroliers français ont participé à ce phénomène au moins entre 1987 et 1994", explique à l'AFP Christophe Bonneuil, parlant d'une "fabrique de l'ignorance".

L'IPIECA a "torpillé par du lobbying actif les projets d'écotaxe de la commission européenne entre 1990 et 1994" et d'autres projets de régulation des énergies fossiles, a déclaré ce chercheur, mercredi lors d'une conférence de presse en ligne. Selon lui, "on trouve des notes internes qui se félicitent de ce travail de lobbying" dans les archives des groupes français étudiées.

Parallèlement, Total et Elf ont cherché à se doter d'une crédibilité environnementale à travers des engagements volontaires, avance l'étude.

A la fin des années 1990, l'approche change. Les experts climat de l'ONU du Giec publient leur premier rapport. Le sommet de la Terre à Rio en 1992 débouche sur l'adoption de la Convention cadre des Nations-unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Le protocole de Kyoto est adopté en 1997.

"L'industrie pétrolière française cesse de remettre en cause publiquement les sciences climatiques, mais continue à augmenter ses investissements dans la production pétrolière et gazière", à insister sur "l'incertitude, minimisant l'urgence (climatique) et à détourner l'attention des énergies fossiles comme cause première du réchauffement" climatique mondial, poursuivent les chercheurs.

Vers le milieu des années 2000, nouvelle stratégie. Son PDG de l'époque, Thierry Desmaret, reconnaît la réalité du changement climatique et les conclusions du Giec.

Christophe Bonneuil qualifie cette phase de "l'âge du greenwashing" où "ce qui est en jeu est la capacité de Total à se mettre en scène du côté des solutions et pas du côté du problème".

"Il est (...) faux de soutenir que le risque climatique aurait été tu par Total ou Elf dans les années 1970 ou depuis", a réagi le groupe auprès de l'AFP, assurant que "depuis 2015, TotalEnergies est engagée dans une profonde transformation de ses activités" vers les énergies renouvelables.

Une étude de 2017 a montré que le groupe pétrolier américain ExxonMobil savait depuis les années 80 que le changement climatique était réel et causé par des activités humaines. Mais le groupe s'est évertué pendant des années à entretenir le doute sur cette réalité, trompant ainsi ses actionnaires et les citoyens.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be