La solution inédite testée par Infrabel pour lutter contre les mauvaises herbes sur les rails: un train d'eau bouillante !

Le dispositif permettrait à Infrabel de limiter son utilisation d'herbicides pour désherber les rails.

Belga
La solution inédite testée par Infrabel pour lutter contre les mauvaises herbes sur les rails: un train d'eau bouillante !
©Infabel

Le gestionnaire du réseau ferroviaire belge, Infrabel, teste actuellement un « train d'eau chaude » dans l'est du pays. Objectif : réduire l'utilisation d'herbicides contre les mauvaises herbes sur les voies.Le nouveau prototype de train a été présenté lundi.

Les mauvaises herbes qui poussent entre les voies posent un problème de sécurité. "Au sein d’Infrabel, il n’est personne pour défendre l’idée d’un recours inutilement prolongé aux herbicides, confie Frédéric Sacré, porte-parole d'Infrabel. Ces substances chimiques, dont l’usage est aujourd’hui strictement réglementé en Europe, doivent être remplacées au plus vite par des alternatives plus respectueuses de l’environnement. Cela étant, en Belgique comme sur d’autres réseaux ferroviaires européens, les herbicides restent un mal nécessaire pour garantir la sécurité du trafic et du personnel. En effet, lorsque la végétation se développe dans le ballast – le tapis de cailloux que l’on trouve sous les rails et qui fait office d’amortisseur – elle est susceptible de perturber la géométrie « au millimètre près » des voies et ses qualités de drainage. Donc de menacer la sécurité des trains."

De même, une végétation qui deviendrait luxuriante aux abords immédiats du rail pourrait gêner le personnel d’entretien qui inspecte le réseau à pied, mais aussi encore masquer certains défauts ou entraver la perception des feux de signalisation.

Infrabel a donc développé un 'train à eau chaude', destiné à lutter contre les mauvaises herbes sur les plus de 8.000 km de voies ferrées de manière plus respectueuse de l'environnement. Le train mesure 180 m de long et se compose de deux locomotives avec cinq voitures. Trois d'entre eux sont des réservoirs bien isolés contenant 3 fois 50 000 litres d'eau chauffée à 90° Celsius.

L'inspiration est venue de la Suisse, qui a été le premier pays à tester un train conçu pour lutter contre la végétation avec de l'eau chaude. Le gestionnaire ferroviaire Infrabel s'est inspiré de ce prototype et a développé sa propre technologie en Belgique.

Selon Infrabel, les premiers essais sont encourageants et seront donc prolongés jusqu'au début 2023 sur une partie de l'axe ferroviaire d'Anvers à la frontière allemande.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be