BRUXELLES Le chiffre record de 639 interdictions de stade ne signifie pas que le hooliganisme ait empiré. Que du contraire. C'est la loi football qui s'est endurcie. Le résultat ? Le nombre de policiers présents aux matches a diminué de 30 %, puisque les bagarres sont devenues de plus en plus rares. Et bonne nouvelle aussi, le nombre d'abonnés dans nos stades a augmenté de 10 %.

Les changements apportés à la loi football dès cette saison :

Une obligation pour 40 hooligans de se présenter au bureau de police le jour du match.

L'interdiction à certains noyaux durs (comme ceux d'Anderlecht) de passer la frontière en cas de matches à l'étranger.

La loi football est aussi d'application pour d'autres événements que des matches. Par exemple, lors des entraînements.

La loi est valable pour l'ensemble du territoire (pas seulement dans des stades, mais aussi sur les parkings...), 24 heures avant et après un match.

Des insultes ou une mauvaise conduite (cracher, etc.) envers des stewards sont plus sévèrement punies.



© La Dernière Heure 2007