En 2010, quelque 284 millions de doses d’antidépresseurs ont été vendues en Belgique

BRUXELLES Les antidépresseurs et somnifères font partie des médicaments qui provoquent une accoutumance.

Léo Neels, directeur de Pharma.be, révèle que 283.860.743 doses journalières définies (DDD) d’antidépresseurs avaient été vendues en 2010. Soit une augmentation de 4,3 % par rapport à 2009.

Dans les hôpitaux aussi, la tendance est à la hausse. En 2009, 7.351.482 DDD avaient été utilisées. En 2010, on constate une hausse de 18,6 %, soit quelque 8,7 millions de DDD.

Les somnifères aussi sont de plus en plus achetés. Pharma.be comptabilise 263.885.587 DDD vendues en officine d’hypnotiques et sédatifs.

Une hausse qui ne peut qu’interpeller… Surtout lorsqu’on connaît l’accoutumance que ce type de médicament peut engendrer.

“Les personnes en prennent toujours plus, explique Anne Lecroart, secrétaire générale de l’Association pharmaceutique belge. Ils augmentent le dosage pas par dépendance mais parce que, à force de les consommer, ils ont besoin de doses plus fortes pour obtenir l’effet escompté. À savoir dormir vite ou se sentir mieux.”

Leo Neels explique : “Bien utilisés, les psychotropes et les somnifères ont déjà démontré leur valeur pour la santé et le bien-être des patients. En outre, il y a une nette unanimité quant à la nécessité d’une approche multidisciplinaire.”

Pour le directeur, “le débat à ce sujet est utile, mais ne peut constituer un obstacle à la recherche d’un traitement adéquat par le patient et son médecin. En effet, un traitement adéquat permet d’éviter de graves complications. Il s’agit donc d’être prudent afin de ne pas mettre la compliance en péril : il ne faudrait pas que le patient, sans avis médical préalable, stoppe ou néglige son traitement”.

Il ajoute : “Pharma.be estime qu’il est de sa responsabilité, vis-à-vis des patients et de la société, de contribuer à l’amélioration du bon usage des médicaments.”

Pour les professionnels de la santé et Pharma.be, “ les médicaments nécessitent un accompagnement adapté. Il s’agit de produits hautement technologiques et complexes, qui vont de pair avec d’éventuelles adaptations, interactions et contre-indications, précautions de conservation, etc. Les patients ont dès lors besoin d’informations suffisantes quant à leur bon usage. Les professionnels de la santé, en particulier les médecins et les pharmaciens, accompagnent leurs patients en les conseillant sur les exigences spécifiques des médicaments. Via le site www.bonusage.be, pharma.be a pris l’initiative de mener une action de sensibilisation sur le bon usage”.



© La Dernière Heure 2011