Société La princesse avait fui Dubai cet été avec ses deux enfants mineurs.

Cet été, l’annonce du départ de Dubaï de la princesse Haya de Jordanie avec ses deux enfants mineurs Jalila et Zayed avait fait l’effet d’une bombe. La princesse âgée de 45 ans, avait épousé en 2004 l’émir de Dubai de 25 ans son aîné.

Le couple avait affiché jusqu’en février dernier l’image d’une famille des plus heureuses et unies. Active sur les réseaux sociaux, Haya de Jordanie n’avait plus alimenté en photos depuis cet hiver sa page Facebook. Elle brillait aussi par son absence aux courses d’Ascot en Angleterre, rendez-vous incontournable pour le couple passionné d’hippique.

La princesse avait réussi à quitter l’émirat grâce à l’aide, dit-on, d’un diplomate allemand. Réfugiée avec ses deux enfants à Londres, elle est réapparue en public le 30 juillet pour assister à la première audience devant la haute Cour de Londres. L’enjeu ? Garder ses deux enfants auprès d’elle dans la capitale britannique alors que leur père réclame leur retour à Dubaï.

La prochaine audience est fixée au 11 novembre. La princesse, fille des défunts roi Hussein et reine Alia, avance un risque d’un mariage forcé pour ses enfants.

Jusqu’à présent, seul son frère le prince Ali avait ouvertement montré son appui en publiant une photo où il l’enlace tendrement. Du côté de la Cour royale jordanienne en revanche, silence radio.

Il faut dire que politiquement, stratégiquement, économiquement et diplomatiquement, il était délicat pour le roi Abdallah de Jordanie de se mettre à dos son toujours beau-frère l’émir de Dubaï.

Les choses ont à présent évolué. La Cour a fait savoir officiellement que le souverain avait décidé de nommer sa sœur la princesse Haya en tant que diplomate auprès de l’ambassade de Jordanie à Londres. Ceci permettra à la princesse de bénéficier d’un statut diplomatique plus confortable.