Plusieurs personnalités étaient invitées à signer une pétition lancée par le RJF

BRUXELLES Entre 150 et 200 personnes se sont rassemblées mardi après-midi au Mont des Arts à Bruxelles à l'initiative du Réseau pour la justice fiscale (RJF) qui regroupe 46 associations et syndicats. Les manifestants plaidaient notamment pour un système fiscal plus équitable.

Cette journée de la justice fiscale (Tax Justice Day) était organisée à une semaine du Tax Freedom Day célébré le 8 juin par le bureau de consultance Pricewaterhouse Coopers (PwC).

"PwC appelle le gouvernement belge à se concentrer sur la mise en oeuvre de mesures susceptibles d'attirer des investisseurs et sur la simplification du système fiscal actuel. Le bureau défend donc le droit du plus fort et mène une guerre sociale et fiscale contre les travailleurs, les sans emploi et les personnes précarisées", estime le RJF.

"On travaille tout au long de l'année pour la construction de notre système social et du bien-être collectif mais aussi pour notre consommation personnelle. Or, les nantis profitent également de ce système social. Il convient donc de taxer autrement, au bénéfice des petits et moyens revenus", souligne le président du RJF, Daniel Puissant.

Plusieurs personnalités ont été invitées mardi à signer une pétition lancée par le RJF et demandant notamment un renforcement de la lutte contre la fraude fiscale, la levée du secret bancaire et l'instauration d'un impôt progressif sur les fortunes.

Le cinéaste Luc Dardenne figurait parmi les signataires. "Le système d'imposition est une des plus belles réalisations dans une démocratie. Actuellement menacé par un courant néo-libéral, il doit plutôt servir à corriger les inégalités", a-t-il commenté.

Le professeur Riccardo Petrella et plusieurs responsables syndicaux comme Marie-Hélène Ska (secrétaire nationale CSC) et Anne Demelenne (secrétaire générale FGTB) ont également signé la pétition.

"C'est pour nous une revendication majeure d'avoir une fiscalité plus juste aux niveaux belge et européen", a résumé Mme Demelenne.

© La Dernière Heure 2011