Des neurologues ont analysé les 700 blessures crâniennes causées par les deux Gaulois

Quand la science fait son incursion dans la culture, cela prend une envergure… explosive. Au fil de 34 bandes dessinées d’Astérix et Obélix, des scientifiques ont ainsi comptabilisé ce qui semble résulter en traumatismes crâniens. Soit 704 blessures à la tête assenées par les deux héros.

Cette étude sérieuse n’a pas pour visée de polémiquer autour des traits de génie de Goscinny et Uderzo, mais tout simplement de décrypter des “facteurs de risque spécifiques” liés à l’environnement sociologique dans lequel évoluent Gaulois (bourreaux) et Romains (victimes).

Selon les signes donnés par les soldats de Jules César, les neurologues identifient des traumatismes, après coups portés par Astérix et Obélix. “Même si plus de la moitié des victimes ont eu un trouble de conscience initial sévère, nous n’avons pas trouvé de cas de mort ou de déficit neurologique permanent.”

Pas de quoi donc dénoncer l’œuvre pour excès de violence.

Cependant, quelques scientifiques déplorent que plus de réalisme ne soit pas intégré aux combats entre ces Gaulois et Romains. En effet, il aurait été judicieux, selon certains, que des troubles permanents soient constatés chez quelques victimes, une fois privées de leur casque…

Mais tous les scientifiques ne partagent pas ce point de vue dénonciateur. Ainsi, un sociologue britannique s’est penché, moins sérieusement, sur la question. Il y répond ainsi : “Et moi qui pensais qu’Astérix était une fantaisie comique et que nous apprenons à nos enfants à être suffisamment intelligents pour faire la part entre les BD et la réalité. Que je suis bête.”

Un peu d’ironie au pays de ceux qui ne voient en la potion magique qu’un “produit dopant…”. En outre, ce sociologue suggère d’autres pistes aux scientifiques en manque de champs d’expertise : “Pourquoi ne pas écrire sur l’obésité morbide d’Obélix ou la sensibilité olfactive de l’énorme nez d’Astérix ? Et qu’en est-il des rythmes de mutation génétiques dans Les X-Men ? De la mécanique de production de soie dans Spiderman ?…”



© La Dernière Heure 2011