Les ventes sur internet explosent depuis quelques jours, tout profit pour les hackers qui tentent de tirer parti de cette situation.

Partout dans le monde, notre quotidien est paralysé en raison des mesures prises contre la propagation du coronavirus. Les magasins sont obligés de fermer, les entreprises renvoient leurs collaborateurs à la maison. En ces temps difficiles, il est pourtant un secteur qui prospère plus que jamais: les hackers mettent tout en oeuvre pour tirer parti de la crise suscitée par le Covid-19. Check Point Software Technologies, le leader mondial dédié à la sécurité, qui propose des solutions de pointe qui protègent les entreprises des cyberattaques, suit de très près cette forme de hacking et nous livre plusieurs conseil afin d'éviter d'être pris au piège. 

Dans un communiqué antérieur, Check Point avait déjà signalé qu’il y a 50% plus de risques que les domaines liés au coronavirus soient des sites malveillants, en comparaison avec les autres domaines qui ont été enregistrés pendant la période considérée. 

Entre-temps, le nombre de domaines ayant trait au Covid-19 a augmenté encore plus rapidement. Au cours des trois dernières semaines, Check Point a vu apparaître dix fois plus de sites malveillants que précédemment. 

Depuis janvier, 16.000 domaines ont d’ores et déjà été enregistrés. Environ 0,8% d’entre eux (93 sites Internet) semblent être animés d’intentions malveillantes tandis que 19% (plus de 2.200 sites Internet) sont considérés comme suspects.  Le phénomène ne cesse par ailleurs de s’accélérer. En effet, 6.000 nouveaux domaines sont venus s’ajouter la semaine dernière, soit une progression de 85% par rapport à la semaine précédente. 

Réduction spéciale coronavirus 

Les pirates voient dans cette pandémie une excellente occasion de faire de bonnes affaires. De la même manière qu’ils tirent parti du “Cyber Monday” ou du “Black Monday”, ils profitent de la situation pour promouvoir leurs “services”. 

 Les hackers utilisent par exemple des codes de réduction du style “COVID19” et “coronavirus” pour proposer leurs services, qui prennent en fait souvent la forme de maliciels ou d’outils d’exploitation de vulnérabilités. 

Check Point a ainsi découvert plusieurs hackers qui se qualifient eux-mêmes de SSHacker. Ils prétendent “offrir les meilleurs services de hacking depuis 2005” et veulent joindre l’acte à la parole en débarquant dans des comptes Facebook par le biais de réductions. La prudence s’impose, comme toujours, lorsqu’un site Internet propose des produits à des prix incroyablement bas. C’est ainsi que Check Point a déniché un ordinateur Mac proposé à seulement 390 dollars. 

Le vendeur True Mac vendait le “modèle très populaire” en guise d’“offre spéciale coronavirus”. Ce genre de choses semblent non seulement trop belles pour être vraies, dans la plupart des cas, elles le sont bel et bien. 

Une cyber-hygiène est également requise 

L’une des principales consignes à respecter dans la lutte contre le coronavirus est de se laver les mains. Vous seriez bien inspiré en y ajoutant l’indispensable dose de cyber-hygiène et suivez les quelques recommandations suivantes afin d’être assuré de ne pas devenir la prochaine victime des escrocs : 

- Faites toujours preuve de prudence avec des courriels et des fichiers qui émanent d’expéditeurs inconnus, en particulier s’ils comportent une offre ou réduction spéciale. 

- N’ouvrez pas de fichiers inconnus et ne cliquez pas sur des liens inclus dans des courriels. 

- N’achetez que des produits qui proviennent de sources authentiques. 

- Ne cliquez en aucun cas sur des offres spéciales contenues dans des courriels. 

- Utilisez plutôt Google afin de rechercher le lien qui vous mènera au site Internet du vendeur que vous désirez solliciter.