Selon une enquête menée par iVox pour Always, 1 Belge sur 15 n'a pas toujours les moyens de s'acheter des protections menstruelles chaque mois. Et les jeunes ne font pas exception. En 2021, l'association BruZelle, qui lutte contre la précarité menstruelle, a distribué pas moins de 660.000 protections hygiéniques à travers le pays, dont 160.000 exclusivement destinées aux étudiantes du supérieur.

"Lorsque j'ai fondé l'association il y a 5 ans, je pensais que j'allais surtout aider des personnes contraintes de vivre dans la rue", nous explique Veronica Martinez, administratrice de l'Asbl BruZelle. "Mais j'ai vite réalisé qu'il y avait beaucoup d'étudiantes en demande."

Contrairement à ce que beaucoup pensent, ce n'est pas parce qu'un jeune a les moyens d'étudier dans un établissement supérieur qu'il a forcément les moyens de subvenir à ses besoins. Bien au contraire. Depuis le Covid, de plus en plus d'étudiants dépendent des colis alimentaires pour se nourrir correctement, mais c'était déjà le cas avant l'épidémie. "Certains d'entre eux sont à la limite de la précarité, ou carrément plongés dedans", regrette la responsable de l'association. Alors, lorsqu'à la fin du mois, certains jeunes ont du mal à joindre les deux bouts, ils préfèrent donner la priorité à d'autres choses qu'aux protections hygiéniques. Beaucoup se contentent donc de protections de fortune, comme du papier essuie-tout ou des mouchoirs. Mais ces protections, en plus de ne pas toujours être hygiéniques, ne sont pas suffisantes lors des règles. Toujours selon l'étude d'IiVox pour Always, près de 25.000 jeunes Belges, âgées entre 12 et 25 ans, auraient donc déjà raté les cours faute de protections périodiques.

"C'est une charge mentale conséquente", détaille Veronica Martinez. "Les jeunes ont mieux à faire que de stresser pour savoir si elles auront assez de protections hygiéniques. Or, c'est un problème qui se pose chaque mois et qui peut finir par impacter leur réussite." Sans compter que c'est un problème qui crée de la discrimination en fonction du genre. "C'est une injustice car cela discrimine davantage le public féminin", déplore-t-elle.

Des trousses qui sauvent

Pour venir en aide à toutes les personnes qui n'ont pas les moyens de se protéger lors de leurs règles, l'association BruZelle distribue des trousses à l'intérieur desquelles on peut retrouver des protections, mais aussi un flyer explicatif. "Nous distribuons ce qu'on nous donne via les boites de collecte", poursuit la directrice de l'Asbl. Il s'agit la plupart du temps de serviettes hygiéniques ou de tampons. Pour l'instant, l'association a fait le choix de ne pas distribuer de cup, tout simplement parce que le public précarisé ne serait pas toujours en mesure de la nettoyer dans de bonnes conditions. "Nous sommes aussi aidés par des dons d'argent ou, plus récemment, par notre partenariat avec Always, qui va fournir une grande quantité de protections hygiéniques", rajoute la directrice de BruZelle.

Sur le terrain, les trousses de BruZelle sont le plus souvent distribuées par des associations qui gèrent déjà les colis alimentaires. "Elles font appel à nous et profitent de la distribution d'aliments pour, en même temps, fournir des protections hygiéniques." Mais, parfois, ce sont des groupes d'étudiants eux-mêmes qui leur demandent de l'aide. "Cela peut être des comités d'étudiants ou parfois des représentants de cercles."

En Belgique, des milliers de personnes, étudiantes ou non, dépendent de ces distributions pour se protéger correctement pendant leurs règles. Le passage d'une TVA de 21% à 6% ne suffit en effet pas à permettre à tout le monde d'accéder à ce produit de première nécessité. Début 2021, une proposition de résolution visant la mise à disposition gratuite de protections hygiéniques dans les écoles primaires, secondaires et supérieures a toutefois été déposée au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Mais, selon Veronica Martinez, les protections devraient tout simplement être gratuites pour tout le monde. 

Pour savoir comment aider Bruzelle, direction leur site internet. Par ailleurs, à l'achat d'un produit Always entre le 6 janvier et le 6 février 2022, la marque s'engage à offrir une serviette à BruZelle et Goods to Give, une autre association qui lutte contre la précarité menstruelle.