BRUXELLES " J'ai adhéré au couch-surfing en août 2006. Depuis lors, j'ai voyagé dans le monde entier et j'ai rencontré tellement de gens... Quel enrichissement ! Je crois sincèrement que le couch surfing contribue à faire du monde une place meilleure ".

Comme Georges, ils sont des milliers de Belges à être partants pour squatter le canapé d'un inconnu ou offrir le leur. Dieter, 22 ans, de Louvain, confirme : "Avant que le principe soit développé, mon amie et moi on frappait parfois au hasard de nos voyages à la porte d'une ferme pour voir si on pouvait dormir dans leur grange... Le couch surfing ouvre d'autres perspectives pour voyager bon marché, tout en rencontrant des gens intéressants. Et ce que les autres m'offrent, je leur propose en retour. J'ai déjà hébergé chez moi une dizaine d'inconnus".

"Dès le moment où je me suis inscrit, j'ai su que cela allait changer ma vie. Depuis, je reste étonné de constater la gentillesse et l'hospitalité d'inconnus partout dans le monde", abonde dans ce sens Steven Platteeuw, de Roselare. Le trentenaire vit dans un appartement trois chambres et propose à la fois un lit et un canapé ! En avril 2007, il a aussi connu sa première expérience de surfer à Stockholm, avant de squatter plusieurs canapés en juillet au Canada et à New York.



© La Dernière Heure 2007