Dans plusieurs communes anversoises, les plus touchées par l'épidémie de Covid-19, les salles de sport vont devoir rester portes closes, en vertu des mesures sanitaires prises lundi soir à l'échelon provincial. Une décision difficile à admettre pour le secteur, qui estime pourtant faire partie de la solution et non du problème. "Nous ne savons pas sur base que quels chiffres sont fondées les décisions", regrette Eric Vandenabeele, directeur de l'association professionnelle Fitness.be. "Les clubs de fitness assument, en plus des soins de santé préventifs via l'activité physique, un rôle social responsable et cela n'est pas reconnu", déplore-t-il.

Selon Fitness.be, la résilience, l'immunité et le bien-être physique et mental sur lesquels les clubs oeuvrent sont "plus nécessaires que jamais". Le secteur se sent donc visé, et juge cela néfaste tant pour l'industrie que pour toutes les personnes y faisant de l'exercice - soit un dixième de la population belge selon ses estimations.

Des mesures plus strictes, dont la fermeture des centres de bien-être et remise en forme, seront d'application dans la ville d'Anvers, ainsi qu'à Zwijndrecht, Stabroek, Kapellen, Brasschaat, Schoten, Wijnegem, Wommelgem, Ranst, Boechout, Borsbeek, Mortsel, Hove, Lint, Kontich, Edegem, Aartselaar, Boom, Niel, Schelle, Hemiksem et Rumst.

A l'échelle nationale, la récente règle de prise de coordonnées de contact dans l'horeca est élargie à d'autres lieux et commerces, comme les centres sportifs et bien-être, selon les mesures annoncées lundi par le Conseil national de sécurité.