Si la météo clémente de ce mardi a ravi les vacanciers belges, heureux de pouvoir profiter des joies du littoral, les images des gares et des trains bondés en ont irrité plus d'uns. Le gouverneur de Flandre Occidentale, Carl Decaluwé, a notamment fait part de sa colère. " C'est frustrant d'assister à ça, car nous le prévoyions depuis des semaines", a-t-il lâché, amer.

Afin d'éviter que ce genre de problèmes ne se reproduise à l'avenir, Marc Van Ranst plaide pour un système de réservation. "C'est le seul moyen d'éviter la surcharge", a-t-il estimé auprès de nos confrères de HLN.
"Vous pouvez essayer de réduire la capacité des trains, mais nous savons que c'est très difficile", a-t-il reconnu. "Une fois que les gens sont sur le quai, ils vont monter dans le train. Vous devez également laisser les gens entrer dans la gare, car ils doivent pouvoir acheter un billet", a-t-il encore poursuivi. "Sans un système de réservation - mais cela prendra un certain temps à mettre en place - vous ne pourrez jamais résoudre complètement ce problème", a conclu le virologue.

Un système également défendu par plusieurs députés, mardi, en commission de la Mobilité de la Chambre.

Se renseigner sur le baromètre d'affluence

La SNCB, pour sa part, ne serait pas favorable à un tel système. Au-delà de la règle des passagers "côté fenêtre" , qui entrera en vigueur ce samedi 3 avril, la société des chemins de fer veut encourager ses utilisateurs à se renseigner sur la fréquentation du lieu visité: " Nous préconisons plutôt le système actuel, à savoir un baromètre d'affluence où les gens peuvent vérifier si leur destination est occupée ou non", a indiqué le porte-parole de la SNCB Bart Crols, toujours sur HLN.

Pour rappel, dans un message publié sur Twitter ce matin, la SNCB a déconseillé aux Belges de se rendre à la Côte jusqu'à ce week-end, ainsi que durant les deux prochaines semaines de congé.