Dans les espaces clos comme les transports en commun, il est obligatoire de conserver son masque malgré la chaleur. Mais entre difficultés respiratoires, irritations et démangeaisons, il n’est pas toujours aisé d’allier le port du masque avec la hausse du mercure. Afin de trouver quelques pistes pour respecter à la fois les gestes barrières et les recommandations contre les fortes chaleurs, nous avons interrogé Jean-Luc Gala, professeur à l’UCLouvain et spécialiste des maladies infectieuses.

1. Porter un masque clair

"Pour limiter la gêne occasionnée, il est préférable de porter un masque de couleur claire, qui va absorber moins de chaleur. De plus, il faut éviter de devoir se mettre en situation de porter le masque, surtout aux heures très chaudes."

2. Opter pour des masques en coton

"La matière du masque a son importance. Il vaut mieux opter pour des masques en tissu plutôt que jetables car ils permettent de mieux respirer. Il faut donc privilégier les masques en tissu aux masques en papier qu’il faudrait alors changer très souvent au vu de la chaleur. Le coton reste le plus protecteur. Il augmente le pouvoir filtrant du masque mais tout le monde n’a pas cette possibilité."

3. Diriger le ventilateur vers soi

"Quand on est seul dans une pièce, il n’y a pas de souci. Mais si on se retrouve à plusieurs, il faut éviter de diriger le flux d’air vers les clients ou vers ses partenaires au travail par exemple. Si on se retrouve en présence de monde, il n’est pas interdit d’en utiliser mais il faut autant que possible le diriger vers soi, en soufflant vers l’arrière. Si on fait l’inverse, on favorise la diffusion des aérosols devant nous, ce qui augmente considérablement les risques de propagation du virus."

4. Lavage de main ou gel hydroalcoolique ?

"Je dirais qu’en cette période, il faut plutôt se laver les mains. Le gel hydroalcoolique reste efficace mais si vous avez des réactions en temps normal, la chaleur peut ne pas aider dans ces cas-là. Il est conseillé d’utiliser du savon, le plus neutre possible (comme le savon de Marseille) ou un savon liquide qui est aussi largement suffisant. C’est beaucoup mieux apprécié par les personnes allergiques ou sensibles au niveau de la peau. Je recommande donc chaudement d’éviter les gels agressifs avec des pH acides au risque d’abîmer la peau."

5. En transpirant, dois-je changer plus fréquemment mon masque ?

"Quand on transpire, le masque va s’humidifier, ce qui va favoriser l’évaporation du virus lorsqu’on est infecté, donc il faut le changer plus souvent que d’habitude. Si le masque est totalement mouillé ou très humide, il faut le changer. Pour les masques en papier, il perd vite son efficacité avec l’humidité, déjà que le pouvoir filtrant est faible à la base. Et il ne faut pas non plus humidifier son masque par exemple."
© IPM