Un montant de 2,8 millions d'euros est prévu. Le Conseil national de Sécurité (CNS) a décidé d'augmenter les jauges autorisées tant à l'intérieur qu'à l'extérieur et de permettre des dérogations à ces jauges. La Fédération a élaboré un protocole de précautions sanitaires contre le coronavirus à respecter dans les cas standard et mis en place un processus de décision pour les dérogations qui requièrent un accord ministériel.

À ce jour, 37 accords ministériels ont été délivrés. "Les dérogations permettent à des salles de capacité supérieure à 200 personnes d'accueillir un public plus nombreux et dès lors diminuer leurs pertes de recettes. Il apparaît que les salles peuvent aujourd'hui atteindre des taux de remplissage de l'ordre de 60 à 70%", indique un communiqué de Mme Linard (Ecolo).

Si le protocole de base et les dispositifs de dérogation apportent des apaisements au secteur, les pertes de billetterie menacent encore la viabilité de certains opérateurs, précise-t-elle.

"Mon objectif est d'accompagner le secteur culturel durant ce déconfinement partiel afin de permettre le maintien, autant que possible, d'une programmation riche et variée et de l'emploi culturel et artistique. Il était donc nécessaire de mettre en place un mécanisme d'indemnisation des pertes de billetteries", explique la ministre.

Les opérateurs bénéficiaires sont les opérateurs subventionnés par la Fédération Wallonie-Bruxelles en arts de la scène (Arts vivants et musique) qui souffrent encore d'une limitation de la jauge de leur salle de spectacle. Les salles de cinéma - soutenues par le plan de soutien spécifique au secteur - ne font pas partie de cette catégorie.