Société Zelda, Lisa et leurs copines sont des mordues de ballon rond. Elles se voient déjà sur les plus grands terrains…

Ce mercredi après-midi, le RRC Boitsfort prend des allures de fancy-fair. Il suffit de se laisser guider par l’écho des cris joyeux et de suivre le flot inhabituel des familles pour découvrir l’ambiance du "Foot Festival 100 % filles". Sur le terrain du jour, 80 filles, de 4 à 16 ans, papillonnent d’une animation à l’autre, slalomant entre les cônes, sautillant sur des échelles de corde posées au sol ou voguant de cerceau en cerceau. Les goals sont couverts d’une bannière où sont inscrits les mots "Nobody Offside" - "personne hors-jeu", et surtout pas elles.

Au milieu de la toile, trois trous, de plus ou moins grande taille, sont tour à tour visés par des gamines s’essayant au tir au but. Le ballet des vareuses jaunes, bleues et roses est apprécié par de nombreux parents restés au bord du terrain.

Sous un soleil radieux, Anaelle Wiard, ancienne internationale belge, attaquante à Leuven et coach au club de Boitsfort, partage un court moment de pause avec le groupe qu’elle vient d’animer. Les footballeuses en herbe n’hésitent pas à grimper sur leur formatrice du jour. Elles l’enlacent, commentent sa "super tenue" et l’assaillent de questions : "Ça fait quoi d’être une Red Flame ? T’es une star alors ? T’as déjà joué avec Ronaldo ?" Audrey Demoustier, joueuse de D1 et elle aussi ancienne des Red Flames, est venue renforcer l’équipe locale d’encadrement. "Ça me fait plaisir de voir autant de filles. Même si elles ne vont pas dans un club cette saison, elles auront déjà touché au foot. Il y a une curiosité qui s’installe, elles vont peut-être attirer des copines de l’école."

Zelda Pigeau-Thirionet, 13 ans, est venue avec sa maman. Ayant suivi passionnément l’été des Diables rouges, jusqu’à leur troisième place en Coupe du monde, elle s’est mise à jouer. Mais, dans la cour d’école, les garçons (...)