" Il faut déjà voir de quoi on parle quand on évoque les cryptomonnaies. Cela peut être aussi des monnaies locales, entame Rodolphe de Pierpont. Aussi, il faut rappeler qu’aucune banque ne propose aujourd’hui de services qui fonctionnent avec les cryptomonnaies comme le bitcoin. "

Et notre interlocuteur de rappeler l’avis de la BNB. " Soyez prudents car il n’y a pas pour le moment de cours légal à ce niveau-là. Cela veut dire que tout reste très volatil et que tout peut s’effondrer du jour au lendemain. C’est déjà arrivé avec le bitcoin, d’ailleurs. "

Mais cela n’empêche pas ce genre d’initiative d’exister. " Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Il y a une réflexion en cours et il y a des distinctions à faire entre toutes ces monnaies. Il n’y a certainement pas que du négatif mais il y a intérêt à ce que des banques centrales viennent encadrer ces structures pour y apporter de la stabilité. Le problème aujourd’hui, c’est que ces cryptomonnaies peuvent échapper au contrôle et être utilisées dans la criminalité, par exemple. "

© AFP