Après avoir été assistant parlementaire d’un député européen pendant 10 ans, Mathias, 38 ans, a décidé de se reconvertir dans le travail du bois, sa passion de toujours. Aujourd’hui élève à l’efp, il nous parle de son parcours, sa reconversion, ses rêves et sa formation... Rencontre

© EFP

Ils sont aujourd’hui nombreux, ces trentenaires, quadragénaires, et parfois même quinquagénaires, à vouloir changer d’orientation professionnelle. L’envie d’exploiter leurs talents, de nourrir leur passion et, surtout, de donner un vrai sens à leur vie.

Mathias Eberlen, 38 ans aujourd’hui, fait partie de ces « pionniers » qui effectuent un virage à 180°dans leur activité. Diplômé en sciences politiques, il a travaillé dans son secteur pendant une dizaine d’années, en tant qu’assistant d’un député européen. Mais son intérêt pour le bois était déjà bien présent. « Je fabriquais de petits meubles en bois pour la maison. J’ai ensuite décidé d’aller plus loin en regardant des vidéos sur YouTube sur le travail du bois. Cela a confirmé mon intérêt. J’ai même décidé d’intégrer un atelier partagé à Bruxelles, géré par un menuisier, que l’on pouvait louer à l’heure. Nous étions alors en 2015, 2016... » Après les élections de 2019, Mathias sent que son emploi est menacé. « C’était l’occasion ou jamais de me reconvertir. J’ai alors décidé de suivre la formation la plus sérieuse possible, celle qui avait la meilleure réputation, et qui me permettrait de maîtriser le métier dans les règles de l’art. C’est comme cela que je suis arrivé à l’efp. »

Une formation en alternance

Aujourd’hui, Mathias termine sa première année de formation en menuisier-charpentier qu’il combine avec quatre jours en stage chez Treesing, une société spécialisée dans la transformation du bois. « On se concentre surtout sur l’aménagement intérieur, avec notamment la conception de meubles de cuisine, de salle de bain, et de dressings... Cela me convient très bien et je peux déjà en vivre, même si le salaire n’est pas exorbitant. »

Changer de voie, une bonne idée ?

Pour Mathias, se reconvertir est un risque à prendre pour ne pas avoir de regrets. « Il ne faut pas craindre de se jeter à l’eau. Dans le pire des cas, si le projet n’est pas viable, il sera toujours possible de retourner dans son ancien métier. C’est d’ailleurs ce que j’aurais probablement fait si les choses ne s’étaient pas ‘mises’. » Mathias met malgré tout l’accent sur le courage nécessaire pour changer de voie. « On n’a rien sans rien. Et il s’agit avant tout d’un choix personnel. »

© EFP

L’efp, « la » référence à Bruxelles

Avant de s’inscrire en alternance à l’efp, Mathias s’est renseigné en profondeur. « Je cherchais une école de menuiserie qui m’apprendrait tout de A à Z, dans la plus pure tradition. Il existe de nombreuses filières moins qualitatives, comme par exemple de petites associations qui proposent des stages ou des formations en différé. Je ne voulais pas de cela. En fouillant sur le web, je me suis rapidement rendu compte que l’efp était l’institution phare pour la formation à Bruxelles depuis 50 ans. Je me suis également renseigné auprès des principaux intéressés : les menuisiers. Leurs avis étaient unanimes : ils me recommandaient chaudement l’efp, à plus forte raison que certains d’entre eux y avaient été formés et en étaient enchantés. De plus, le principe de la formation en alternance permet de conjuguer la pratique et la théorie de façon très proactive. » En ce qui concerne les autres élèves, Mathias met l’accent sur la diversité. « Nous avons une majorité de jeunes qui souhaitent en faire leur métier, en premier choix, mais aussi des personnes en reconversion, comme moi, et d’autres qui ambitionnent de lancer une activité complémentaire. Enfin, on trouve également des personnes qui se forment pour leur propre plaisir et savoir. »

85% de succès

L’efp propose au total environ 85 formations, destinées aux jeunes (de 15 à 25 ans) et aux adultes de tout âge dans 10 secteurs différents (alimentation, art & média, bien-être, commerce, construction, gestion & entrepreneuriat, mobilité, numérique, services, comptabilité). Basées sur le principe de l’alternance, ces formations visent à former de futurs indépendants et/ou collaborateurs de pme, actualiser et développer les compétences de chacun, accompagner la reconversion professionnelle ou les porteurs de projets entrepreneuriaux, et enfin permettre une mise à l’emploi rapide.

La formation en alternance pme est, en effet, un réel tremplin vers l’emploi : 85% des personnes formées trouvent, dans l’année, un travail en tant que salarié ou indépendant.

3 filières possibles

· La formation « jeunes » : celle-ci permet aux jeunes âgés de 15 à 23 ans d'accéder à une formation générale, technique et pratique, et d’apprendre un métier.

· La formation « adultes » : elle permet d'accéder à une formation dès 18 ans pour apprendre un métier et devenir indépendant, collaborateur d’une PME ou encore reprendre l’activité familiale.

· La formation continue : celle-ci se destine aux professionnels en activité afin d’acquérir des compétences complémentaires ou de se recycler pour mieux répondre aux besoins du marché. Elle propose aussi des formations pour les passionnés qui souhaitent découvrir des astuces de pro tout en passant un moment agréable.

Infos et inscriptions sur www.efp.be