Des archéologues placés sous la direction de Harco Willems (KU Leuven) ont découvert dans une sépulture datant de 2.040 avant Jésus Christ à Dayr al-Barsha, en Égypte, des fragments d'un "livre". 

Il s'agit des plus anciens fragments découverts jusqu'ici, selon le Campuskrant de l'université louvaniste. Harco Willems décrit le document mis au jour comme un "recueil d'incantations éparses et de dessins légendés. Ils ne forment pas nécessairement une histoire suivie mais ont tout de même un thème commun: le voyage dans le monde des ténèbres jusqu'à Osiris, dieu parmi les dieux". Deux lignes sinueuses parcourent le livre, ce qui est interprété par certains chercheurs comme une représentation des deux routes qui doivent mener le défunt à bon port à travers les dangers du monde souterrain vers une vie heureuse dans l'au-delà.

Les archéologues ont trouvé les fragments dans un sarcophage attribué à Ankh, une femme de la famille du gouverneur Ahanakht. "Un des fragments représente le vaisseau du dieu soleil Ra, tracté par un traineau, et un autre présente un texte dans lequel le propriétaire de la tombe s'identifie avec le dieu soleil", explique M. Willems. D'autres fragments sont à ce point endommagés que les scientifiques n'ont pas encore pu les déchiffrer.