Airbus vient tout juste de déposer un brevet pour des sièges modulables spéciaux pour personnes en surpoids.

Quand on est un peu enveloppé, pour ne pas dire en surpoids, il n’est pas toujours agréable de prendre l’avion. C’est d’autant plus difficile depuis quelques années avec la politique de réduction de place voulue par les compagnies low-cost.

Mais tout cela pourrait changer très rapidement. Le constructeur français Airbus vient de déposer un brevet pour des rangées de sièges modulables qui pourraient s’adapter à une clientèle avec embonpoint.

Sur les croquis ci-dessus, le système a l’air assez simple. La même rangée de sièges peut accueillir, au choix, deux adultes et deux enfants, trois passagers (configuration classique) ou bien deux passagers dits à forte corpulence.

Selon la firme française, cette "adaptation flexible facilitera aussi l’accès à des groupes aux besoins spécifiques" , notamment les personnes âgées ou porteuses d’un handicap.

Côté prix, même si aucune certitude n’existe à ce sujet, ils devraient normalement grimper pour les passagers profitant de sièges élargis.

Cette hausse de tarifs existe déjà dans certaines compagnies. C’est le cas d’Air France, qui propose à ses passagers en surpoids de réserver un deuxième siège pour 25 % du prix normal. Un montant qui est intégralement remboursé si le vol n’est pas complet.

Il faut dire que les passagers en surpoids peuvent, pour des raisons de sécurité, se voir refuser l’accès à l’appareil s’ils n’ont pas réservé de deuxième siège. En classe Économique, la ceinture ne peut en effet pas se fermer si le tour de taille du passager dépasse les 135 cm.

Il y a deux ans , une autre configuration, dans la même veine, avait été proposée par Airbus aux compagnies aériennes américaines (aux États-Unis, un adulte sur quatre est en surpoids). Là aussi l’idée était simple : augmenter la largeur de deux sièges sur une rangée tout en diminuant celle des sièges adjacents.

En 2009, le sulfureux patron de Ryanair, Michael O’Leary, avait déjà proposé d’instaurer une nouvelle taxe pour les passagers obèses. Une idée qui n’a jamais vu le jour.