Les ministres Alvoet et Vandenbroucke proposent de faire passer le budget de 1,4 à 3,1 milliards

BRUXELLES `Il s'agit d'investir dans l'humanisation des soins palliatifs afin de renforcer leur qualité.´ La ministre de la Santé publique, Magda Alvoet (Agalev) et son collègue des Affaires sociales Frank Vandenbroucke (SP) ont ainsi présenté ce jeudi leur plan en faveur des soins palliatifs qu'ils comptent bientôt présenter au gouvernement.

Budgétairement, leur mesure entend faire passer l'enveloppe de 1,4 à 3,1 milliards de francs afin que les patients dont l'espérance de vie est réduite puissent vivre leurs derniers moments dans des conditions médicales irréprochables.

`Un double paradoxe existe en Belgique, note Frank Vandenbroucke. Selon une étude, 70% des personnes dont l'espérance de vie est réduite souhaitent bénéficier des soins palliatifs à domicile. Or, une grande partie d'entre eux iront à l'hôpital parce qu'il estime qu'ils ne retrouveront pas ailleurs la même qualité de soins. Nos efforts porteront, donc, autant sur les soins palliatifs à domicile que dans les hôpitaux et les centres de soins.´

Le 1,7 milliard qui pourrait ainsi être débloqué sera affecté à plusieurs domaines. Actuellement, la plupart des patients bénéficient d'un forfait de 19.500 francs par mois limité à 2 mois - l'extension à 3 mois est à l'étude -, ne couvrant pas les frais de médecins ou du personnel soignant. Le plan envisage ainsi d'étendre à toutes les personnes l'octroi du forfait `C´ (1.309 francs par jour et 1.949 francs le week-end), perçus aujourd'hui uniquement par les plus dépendantes.

Les deux ministres envisagent par ailleurs l'annulation du ticket modérateur. L'aide financière aux associations de soins palliatifs serait, elle, renforcée à hauteur de 55 millions. Les Centres de jour spécialisés feraient l'objet d'expériences dans le domaine. Cinquante millions bénéficieront aux entités de soins palliatifs rassemblant 360 lits destinés aux patients ne pouvant recevoir leurs soins à domicile ou dans l'établissement où ils séjournent. Les maisons de repos se verront octroyer un demi-milliard qui servira à la formation du personnel. Dans les hôpitaux, des équipes mobiles viendront renforcer les équipes multidisciplinaires de soins palliatifs.