Laura Couchard, conseillère juridique chez Acerta, prestataire de services en ressources humaines, s'est entretenue avec nos confrères de 7sur7 pour éclairer les parents qui travaillent et se retrouvent dépourvus pour les prochains jours à venir.

Elle avance plusieurs solutions comme le chômage temporaire force majeure corona, le télétravail, l'avancement des vacances planifiées voire l'interruption de carrière.

Concernant le chômage temporaire force majeure corona, Laura Couchard, explique que: “Le parent travailleur peut bénéficier du chômage temporaire pour force majeure en raison du coronavirus, une option prévue lorsque les écoles doivent être fermées. Le travailleur reçoit 70% de sa rémunération. En plus de l’allocation de chômage, il reçoit un supplément de 5,74 € par jour à charge de l’ONEM, et certains secteurs imposent à l’employeur d’ajouter un autre complément.”

Elle évoque aussi la possibilité de prendre des congés. “Une autre option possible, d’autant plus que nous sommes en fin d’année, c'est de prendre des congés. Si le travailleur bénéficie encore de jours de vacances, il pourrait les utiliser. Néanmoins, ça doit se faire de commun accord avec l’employeur. L'important est de privilégier la discussion entre l’employeur et le travailleur. Chaque partie doit avoir de la compréhension pour l’autre afin d’essayer de trouver des solutions qui conviennent à tous. Par ailleurs, la Ligue des familles plaide pour que les employeurs accordent des jours de vacances supplémentaires. Bien sûr, l’employeur n’a pas l’obligation de le faire. Mais si tel est le cas, je conseille d’allouer un jour de congé en plus pour tout le monde et pas simplement pour les parents car c'est un critère qui pourrait potentiellement s’avérer discriminatoire.

Avancer ses vacances planifiées est tout à fait réalisable selon elle. “Si ce sont des vacances individuelles, c’est tout à fait possible. Mais il faut là aussi l’accord de l’employeur. Par contre, si l’entreprise a une période de fermeture collective (par exemple entre Noël et Nouvel An), les vacances sont donc fixées collectivement et il n’est pas possible de déplacer ses jours de congé une semaine plus tôt.

Elle indique également que les parents peuvent aussi opter pour une interruption de carrière d’une semaine. "Via un congé parental ou crédit-temps classique, en respectant certaines conditions comme l’ancienneté au sein de l’entreprise, l’âge des enfants, etc... Notons que le congé parental corona créé spécifiquement lors de la première vague a été supprimé en septembre 2020.

Télétravailler reste bien entendu une solution envisageable si réalisable. “Si le travailleur peut et veut télétravailler avec ses enfants à la maison, pour les postes où c’est possible, c’est bien entendu envisageable. Il est même désormais obligatoire à raison de quatre jours par semaine, et ce au moins jusqu’au 20 décembre.