C’est en tout cas ce que mentionne la déclaration de politique communautaire 2019/2024. Celle-ci fait en effet mention du projet du gouvernement "d’adapter progressivement, en concertation avec les enseignants et les autres acteurs concernés, les rythmes scolaires annuels et journaliers au rythme chronobiologique des enfants".

La Fondation Roi Baudouin préconise, elle aussi, de mener à bien cette réforme et en a même fait une condition "sine qua non pour rendre acceptable une réforme des rythmes annuels" dans son étude de faisabilité publiée en 2018. Dans les faits, il est toutefois peu probable qu’une telle réforme aboutisse d’ici la fin de la législature en 2024. "Des projets pilotes sont en cours, dont une étude de faisabilité qui est entre les mains de la Fondation Roi Baudouin. Mais une réforme n’est pas à l’agenda pour cette législature", affirme en effet la porte-parole de la ministre de l’Enseignement Caroline Désir.