Société

Il était aux alentours de 2 h du matin dans la nuit du dimanche 14 au lundi 15 juillet 2013. Sans doute éméché après avoir passé la soirée dans un café situé non loin, le couple illégitime avait eu ce que l’on appelle une envie pressante et un détour par le château du XVIe siècle abritant l’administration communale s’était naturellement imposé.

Mais… c’était sans compter que l’un des jeunes qui squattent au quotidien le parc Jan van Ruusbroec entourant la bâtisse allait sortir son smartphone pour immortaliser la scène. Âgé de 16 ans, celui-ci avait au préalable aperçu de la lumière à l’intérieur et s’était en conséquence agrippé à l’appui de fenêtre pour saisir ce qu’il se passait exactement.  

Cela, en pensant réellement surprendre des cambrioleurs et non deux amants en plein ébats amoureux ! Résultat ? Il a filmé les prémices d’une sex-tape s’annonçant des plus torrides. On y aperçoit en effet la première échevine libérale et son amant en train de batifoler. Figure éminemment connue dans la commune, ce dernier soulève notamment la robe d’Els Uytterhoeven et glisse ses mains sous sa culotte pendant quelques longues minutes. Le couple s’enferme ensuite dans un bureau et ressort du bâtiment moins d’une quinzaine de minutes plus tard.

Le caméraman en herbe en profite alors pour interroger les amoureux sur leur présence en ces lieux à une heure aussi tardive. “Je suis bourgmestre ici !” , se justifiera d’entrée de jeu Els Uytterhoeven. Dans la foulée, elle exigera à plusieurs reprises que le jeune lui présente sa “carte d’identité” et demandera au passage à son amant de “ne rien faire”... 

Toujours est-il que  ce dernier ne l’entendra pas de la même oreille et tentera d’attraper le jeune. Celui-ci prendra illico ses jambes à son cou, mais l’amant (re)essayera encore de l’intercepter un peu plus tard. Cette fois, avec l’aide de trois de ses amis. 

Bref, il s’en sera fallu de peu pour que notre voyeur passe un mauvais quart d’heure.

Pour l’anecdote, le compagnon d’Els Uytterhoeven a débarqué ce mercredi soir dans le café où l’amant a ses habitudes. Il a voulu lui casser une chaise sur la tête, précisent les témoins. Sa femme venait probablement tout juste de lui révéler – avant que la presse ne s’en charge – qu’elle l’avait cocufié.