Alors que la polémique gonfle quant à la gestion du barrage d'Eupen qui n'aurait pas été vidé anticipativement afin d'absorber davantage d'eau et de limiter les dégâts subis en aval, le bourgmestre de Malmédy a quant à lui salué "le très haut taux de professionalisme et de compétence du gestionnaire des barrages de Robertville et de Butgenbach, en l'occurence Engie-Electrabel et l’équipe de Mr Locht."

Jean-Paul Bastin indique avoir été en contact quasi permanent avec les équipes des deux barrages qui ont progressivement relâcher de l'eau, dès le lundi 12 juillet, pour vider un maximum le barrage et pouvoir accueillir plus d'eau lors des intempéries attendues deux jours plus tard. "Dès que celui de Robertville lache il y a une heure de battement jusque Bévercé et un peu moins de 2 heures pour la ville. Dès lundi, ils ont relaché progressivement de l'eau pour faire diminuer les niveaux. Mercredi, ils ont relaché le plus possible. A partir de mercredi soir quand les précipitations ont redoublé, les deux barrages ont retenu au maximum en flirtant avec leur limite. Entre deux averses, dès que le niveau des affluents de la Warche diminuait, le barrage relachait un peu plus pour chaque fois gagner du temps, ralentir la montée, préserver les quelques centimètres qui ne nous ont pas manqués. Les deux barrages ont joué parfaitement leur rôle d'écreteur de crues. Au pic de la crise, les barrages retenaient 40 m3/sec. alors que le niveau de la Warche était à sa capacité maximale à 75m3, 2,88m de haut, nouveau record. Rajouter 40m3 en plus, c'était une autre histoire."

Au final, la ville de Malmédy a été relativement épargnée par les crues. Et le bourgmestre de Malmédy de conclure. "Monsieur Locht n'est ni un héros, ni un homme providentiel mais un professionnel qui a fait son boulot de manière exemplaire le jour J et à l'heure H. Il a préservé notre ville de bien des tracas. Honneur lui sera rendu."