Société

Avez-vous été victime de harcèlement de rue ? Nous sommes allés à la rencontre de la population afin de recueillir des témoignages sur ce fléau. Quatre femmes et un homme nous font part de leur expérience.

Sarah

22 ans | Étudiante

"Un soir, un groupe de garçons a commencé par me siffler depuis leur voiture en plein centre-ville. Bien sûr, personne n’était dans la rue à ce moment-là. Ils m’ont demandé mon numéro de téléphone avec insistance et je les ai niés. Ils m’ont donc insultée de toute sorte de noms mais celle que je retiens c’est p*** de neg*****. Cela m’a choquée. Je n’ai pas réagi parce que c’est le mieux à faire face avec ce type de personne.”

Felicia

17 ans | Étudiante

"J’ai déjà porté plainte car j’ai été victime de harcèlement mais sans succès. Aujourd’hui, je me fais toujours siffler et insulter quand je ne prête pas attention à leurs réflexions. Je me suis déjà fait menacer en rue. Pendant un moment, je réagissais aux propos mais maintenant, je ne relève pas car réagir ne fait qu’empirer la chose. L’insulte qui m’a le plus marqué est : ‘Tu es une p*** sortie de l’enfer’.”

Harmony

37 ans | Employée

"Vieille ou jeune, on se fait siffler ou insulter quand ils n’ont pas ce qu’ils veulent. On ne peut plus s’habiller comme on veut parce que l’on risque de se faire siffler ou de se sentir mal à l’aise à cause du regard des autres. L’endroit où je me suis fait siffler et où je me sentais observée, c’est dans les transports en commun. Je ne me sentais pas à ma place. C’est une triste réalité mais il faut essayer de faire abstraction.”

Fabrice

40 ans | Sans emploi

"En tant qu’homme, je ne comprends pas pourquoi personne ne réagit. C’est quasi identique à de la non-assistance à personne en danger. Cela me dégoûte de voir que certaines personnes se comportent ainsi. Personnellement, j’ai déjà eu des amies qui se sont fait siffler et suivre en rue. Si j’avais été présent au moment des faits, je serais intervenu de manière calme pour éviter une méthode violente.”

Juliette

19 ans | Étudiante

"Un homme en camionnette m’a suivie jusque chez moi pendant plusieurs jours. Mais mon pire souvenir est que sur seulement 100 mètres, je me suis fait siffler par des personnes en voiture, toucher par une personne qui était sur une trottinette et accoster pour mon numéro de téléphone. Je me suis mise à courir. Depuis ce jour, je fais semblant de rien pour éviter les réactions ou j’appelle un ami pour me sentir rassurée.”