Société

Mickey et Minnie sont en visite à l’hôpital pour enfants Reine Fabiola

JETTE “Ils sont où, Mickey et Minnie ?” “Prenez à gauche après la voiture bleue, ils devraient se trouver dans la salle au fond.”

Finalement non, en ce milieu d’après-midi, Mickey et Minnie se trouvent au 3e étage, dans la salle 65 de l’hôpital Reine Fabiola où ils rendent une joyeuse visite. Une visite rare, “cela faisait plusieurs années que nous n’étions pas venus en Belgique” , nous précise-t-on chez Disneyland Paris, mais remarquée et appréciée. Tant des aides-soignants que des enfants, à qui ils donnent rires et sourires à tour de bras.

L’heureuse démarche se tient à l’initiative de Pêcheur de Lune, dont l’un des fondateurs, Xavier Ide, est présent sur place. “Notre association soutient les enfants malmenés par la vie” , comme ici ceux qui sont à l’hôpital. “Nous menons de nombreuses actions pour leur offrir des bols d’air, la visite en hôpital en fait partie” , précise ce bénévole.

La visite de parc familial et d’attractions aussi, dont celui de Disneyland Paris. “Justement, le 22 octobre, 45 enfants prendront la direction de notre parc pour le visiter” , nous dit Charlotte Robillard, spécialiste en communication de Disneyland Paris. Ce car sera rempli de jeunes patients de l’hôpital Reine Fabiola.

Où, pendant 3 jours, ce mercredi compris, les enfants des différents services auront pu profiter de la présence de Mickey, Minnie, mais aussi de voluntEARS, des employés de Disneyland Paris qui donnent de leur temps pour ce type d’action. Tony en est un parfait exemple, voluntEAR de l’année, il a passé plus de cent heures en hôpital l’an dernier, récoltant une bourse de Disneyland, qu’il a offerte à l’association de son choix. “L’accueil des enfants est tel qu’il donne envie de revenir !”, dit-il, enjoué.

Des ateliers pour colorer les oreilles, faire des sculptures de ballons ou du maquillage ont été proposés aux enfants. Dont Alissa, 7 ans, à l’hôpital car “un garçon [m’]a fait un croche-pied” , et qui semble radieuse, ses oreilles rondes sur la tête. Ce n’est pas la seule.



© La Dernière Heure 2011