Conseils pour être un "bon allié" en ce 8 mars et… tout au long de l’année.

Les hommes peuvent parfois éprouver quelques difficultés à montrer leur solidarité envers les femmes en ce jour symbolique du 8 mars et encore plus à aborder le sujet des disparités hommes/femmes en cette date symbolique.

Le marketing ne les aide certainement pas à s’en sortir puisque rebaptisée souvent "Journée de la femme" dans des publicités ou sur les réseaux sociaux, la Journée internationale des droits des femmes est l’occasion de pousser à un consumérisme mal-à-propos et intéressé pour des fleurs, de la lingerie ou encore un dîner romantique…

Le collecti.e.f 8 maars a donc aussi pensé à sensibiliser les hommes en leur concoctant "neuf commandements" permettant de mieux comprendre et soutenir la grève du 8 mars.

Une liste qui commence en assurant que "le point de départ de tout allié est de reconnaître ses privilèges". Ainsi, il y a statistiquement plus de chances qu’un homme soit interviewé sur le 8 mars ! Il lui est recommandé de "décliner et de renvoyer vers les principales intéressées".

Côté connaissances, on enjoint à ces alliés de "se documenter par eux-mêmes", à "ne pas minimiser la parole des femmes quand celles-ci partagent leurs expériences sexistes et/ou négatives".

Les commandements ne laissent pas de côté l’action : "Le temps des femmes est statistiquement plus occupé par le care (soin des enfants, travail domestique…) que celui des hommes. Le jour de la grève, prends en charge un maximum de ce travail invisible." Autre action : combattre le sexisme en ne laissant passer "aucun acte ou remarque sexistes (même drôles)".

Enfin, il est intéressant de penser à parler de la condition des femmes avec d’autres hommes pour qu’un jour, on puisse "arriver à l’égalité véritable entre hommes et femmes". Le 9e commandement élargit encore le champ des possibles en arguant qu’un "bon allié des femmes est aussi un bon allié de toutes les personnes discriminées".