Les fleuristes ne se font guère d’illusions. Si les livraisons ont repris, il est peu probable que les magasins physiques soient autorisés sous peu à accueillir des clients.

Au-delà du 1er mai, un événement (encore plus) majeur approche à grands pas : la fête des mères le dimanche 10 mai. Pas de déconfinement signifie un enterrement de première classe. Sans fleurs ni couronnes.

À moins que cette idée originale ne se concrétise : reporter la fête des mères au… 15 août, habituellement dédié à la Vierge Marie. "Les fleuristes ne sont pas les seuls qui vont trinquer lors de cet événement important et incontournable. Les chocolatiers, les magasins de textiles, les parfumeries, les petites enseignes de cadeaux sont dans la même galère. Ils trouvent l’idée bonne."

Elle est lancée, elle est originale. Reste à la concrétiser…